A Belpech, visite aux ruines du Castelas et de la chapelle Notre Dame du Rosaire

belpech_carte1

 

belpech_carte4

 

belpech_carte3

 

De l’ancien château de Belpech, dit le Castelas, construit au XIe siècle au sommet du pech qui domine le bourg, il ne subiste plus qu’une ruine. Il s’agit là du vestige d’une tour et d’une porte.

Clémentine Bollée-Legeas, dans Seigneurs et seigneuries à Belpech (Aude) (XIe-XIIIe siècles), éclaire l’histoire du site :

« Le site du Castelas recèle quatre époques d’occupation : 1. A l’époque gauloise un temple, tout au moins un lieu religieux à la gloire de Bèl ou Belenos, le dieu du jour et de la lumière ; 2. A l’époque médiévale un château castral qui a été occupé du XIe au XIVe siècle par une puissante famille, les Belpech appelés aussi Fort ou Fors, alliée des maisons de Foix et de Carcassonne ; 3. Au 14e siècle (1344), une chapelle dédiée à Notre Dame du Rosaire qui abritait une statue d’argent en majesté vénérée de toute la contrée ; 4. Au XVIIe siècle, un séminaire a été fondé sur le versant sud ayant pour église la chapelle votive » 1Pour plus de détails, cf. Extrait du Mémoire de Master 2 d’études médiévales sous la direction de Roland Viader et Hélène Debax – septembre 2010 – soutenu par Clémentine Bollée-Legeas intitulé Seigneurs et seigneuries à Belpech (Aude) (XIe-XIIIe siècles)..

Le vestige du château castral de Belpech figure dans la rubrique « Patrimoine en danger » du blog Agissons pour Belpech. Le site sur lequel se trouve ce vestige est aujourd’hui une propriété privée. Un sentier libre d’accès, dit « chemin des Pénitents », permet cependant d’y accéder. Nous y sommes montés hier en famille.

belpech_chateau1

 

« Et les bois étaient noirs… » 2Alfred de Vigny, in « La mort du loup ».

belpech_chateau2

 

belpech_chateau3

 

belpech_chateau4

 

« Le poète est comme la giroflée qui s’attache frêle et odorante au granit, et demande moins de terre que de soleil… » 3Aloysius Bertrand, « Chèvremorte », in Gaspard de la nuit, Livre VI, IV.

Puis, un peu en-dessous du château, nous nous sommes arrêtés au bord des ruines de l’ancienne chapelle Notre Dame du Rosaire.

belpech_rosaire0

 

Ci-dessus : photo André Signoles, © Monuments Historiques, 1985.

belpech_rosaire01

 

Ci-dessus : photo André Signoles, © Monuments Historiques, 1985.

Inscrite le 10 avril 1848, la chapelle photographiée ci-dessus « aurait été fondée en 1344 par Raymond Sirven, riche bourgeois. Elle devint votive au 17e siècle, en l’honneur de Notre-Dame du Rosaire. Pierre de la Brouë, évêque de Mirepoix de 1679 à 1720, fit bâtir au voisinage un séminaire, avec jouissance de la chapelle. De cette église ne subsiste qu’une annexe latérale au choeur, sacristie ou chapelle. L’édifice ayant été vendu comme bien national en 1792, les deux cloches furent fondues et la statue de la Vierge transportée dans l’église paroissiale. La chapelle qui subsiste est certainement postérieure à la construction de 1344 dont il ne reste plus de traces. Cette partie ne peut être antérieure au XVe siècle, sinon au XVIe siècle. C’est une construction de plan carré, entièrement réalisée en briques, hormis le grès des chapiteaux de l’arc doubleau. » 4Monuments Historiques, Ruines de la chapelle Notre Dame du Rosaire.

Les ruines sont aujourd’hui très difficiles à approcher, car submergées par la végétation et encombrées de grillages.

belpech_rosaire1

 

belpech_rosaire2

 

belpech_rosaire3

 

belpech_rosaire4

 

belpech_rosaire5

 

belpech_rosaire6

 

belpech_rosaire7

 

Au bord des ruines de la chapelle Notre Dame du Rosaire, je me suis souvenue de ces mots de Theodor Fontane : « Ici repose quelque chose qui voudrait parler – un secret, une histoire. Le message s’est presque perdu, mais le faible écho suffit à nous faire percevoir que jadis, il y avait ici davantage que ce qu’il y a aujourd’hui… » 5Theodor Fontane, in Promenades, 1863.

References   [ + ]

1. Pour plus de détails, cf. Extrait du Mémoire de Master 2 d’études médiévales sous la direction de Roland Viader et Hélène Debax – septembre 2010 – soutenu par Clémentine Bollée-Legeas intitulé Seigneurs et seigneuries à Belpech (Aude) (XIe-XIIIe siècles).
2. Alfred de Vigny, in « La mort du loup ».
3. Aloysius Bertrand, « Chèvremorte », in Gaspard de la nuit, Livre VI, IV.
4. Monuments Historiques, Ruines de la chapelle Notre Dame du Rosaire.
5. Theodor Fontane, in Promenades, 1863.

Leave a Comment

  • Françoise Brown at 12 h 09 min

    Cette phrase de Theodor Fontane convient si bien…

  • Geneviève at 1 h 12 min

    je vois mieux avec tes photos que si j’y allais moi-même, voilà les photos que j’aime !

  • martine at 18 h 46 min

    dommage que ce soit « enseveli » sous les ronces et autres lierres. Je suis d’accord avec votre citation, si ça se trouve, il doit y avoir de belles choses à découvrir à l’intérieur….

    • La dormeuse at 19 h 51 min

      Il semble que la ville ait acquis le terrain et s’occupe de stabiliser le site.