Brève histoire de la seigneurie de La Serpent et de la famille Dax de La Serpent

la_serpent_signoles

 

Ci-dessus : photo André Signoles © Monuments Historiques. 1986

Concernant l’histoire du château de La Serpent et de la famille Dax de La Serpent, nous disposons de ces quelques ressources :

1. Mémoire sur l’histoire et les origines antiques de la famille de Dax d’Axat qui est aussi celle de La Serpent, d’Artigues, de Leuc et de Cessales (Haute-Garonne), rédigé vers l’an 1620 en la ville de Carcassonne par un notaire resté anonyme
2. Cartulaire et archives des communes de l’ancien diocèse et de l’arrondissement administratif de Carcassonne — villes, villages, églises, abbayes, prieurés, châteaux, seigneuries, fiefs, généalogies, blasons, métairies, lieux bâtis, quartiers ruraux, notes statistiques, par Jacques Alphonse Mahul, 8 vol., éditions Didron et Dumoulin, Paris, 1857-1882
3. Le comté de Razés et le diocèse d’Alet par Louis Fédié, editions Philippe Schrauben, Bruxelles, 1880
4. Mémoire touchant les familles plus Anciennes de la ville de Carcassonne, in Mémoires de la Société des arts et des sciences de Carcassonne, Académie des arts et sciences de Carcassonne), édition L. Pomiés, Carcassonne, 1906.
5. Excursion du 26 Avril 1908 A Antugnac, Croux, La Serpent, Fa, par MM. L, Gavoy et A. Pages, p. 8 sqq., Société d’études scientifiques de l’Aude, Carcassonne, 1909.
6. Architecture et Patrimoine. Base Mérimée. La Serpent.

N.B. La page consacrée par Wikipedia à la Famille Dax, de Dax d’Axat et d’Ax de Cessales fait silence sur la branche Dax de La Serpent.

I. Brève histoire de La Serpent de 1319 aux années 1670

Resté auparavant simple alleu, ce village du Haut Razès se trouve mentionné pour la première en 1319 dans des documents relatifs au Salin de Carcassonne. Les seigneurs de La Serpent sont issus alors de la maison de Rivière. Ils doivent hommage pour La Serpent, Lion 1Lion : ancien nom de Leuc. et Bouriège, aux seigneurs de Mirepoix, dont, à l’époque considérée, Jean II de Lévis.

Vers 1389 ou 1390, le fief change plusieurs fois de main. Il passe d’abord à la maison de Vivier, suite au mariage de Gabelle de Rivière avec Gaucelin du Vivier ; il passe ensuite à la maison de Belcastel, via le mariage de leur fille, Gaillarde du Vivier, seigneuresse de La Tour en Fenouillèdes, avec François de Belcastel. En 1432, Bernard Guillaume de Belcastel rend hommage à Philippe de Lévis II pour les lieux de Bouriège, Lion et La Serpent. En 1441, Gausselin de Belcastel, seigneur du Vivier, réitère cet hommage à Philippe de Lévis II.

Entre 1444 et 1452, le fief de La Serpent change encore de main par deux fois. En 1444, c’est Noble Roger de Senesplède qui rend hommage à Jean de Lévis IV ; et en 1459, Noble Arnaud d’Ax. La famille d’Ax, ou Dax, conservera ce fief jusqu’au mariage de Pierre Hippolyte de Béon Cazaux avec Jeanne Dax de La Serpent, circa 1672. Celui-ci devient alors seigneur de La Serpent.

la_serpent_cassini_global

 

II. Brève histoire de la famille Dax

« Ouand à leur origine, ilz se disent estre descendus de quelques gentilzhommes allemans qui se vindrent resfugieren ceste ville. Il y en a qui disent que le mestier de ceux de ceste maison qui vindrent les premiers audit Carcassonne fust d estre ceinturiers; de quoy à raison de la grande antiquité il ne se peut rien trouver » 2Mémoire sur l’histoire et les origines antiques de la famille de Dax d’Axat qui est aussi celle de La Serpent, d’Artigues, de Leuc et de Cessales, rédigé vers l’an 1620 en la ville de Carcassonne par un notaire resté anonyme.

En 1443, Rolland Dax, riche marchand mercier qui a épousé Berthemine de La Jugie, est nommé consul de Carcassonne en 1437 et 1443.

Le 11 avril 1457, Arnaud Dax, l’un de ses fils, achète à Noble de la Jugie, seigneur de Rieux, la seigneurie de Leuc, près de Carcassonne.

En 1461, Jean I Dax, son fils aîné, qui a épousé Constance de Narbonne-Pelet, marie sa fille Jordaine à Noble Pierre Raymond de Matreville, héritier du fief de Moussoulens. En 1479, date de la mort d’Arnaud Dax, Jean I Dax, « héritier des seigneuries de Leuc, de la Serpent, d’Axat 3Axat se trouve au sud de Quillan, après Saint-Martin-Lys., Gaix, Artigues et Trevas », rend hommage à Jean de Lévis IV pour La Serpent, Bouriège et Lion (Leuc), pour la quatrième part des lieux de Roquetaillade, Conilhac (de la Montagne), du Vila, de Pechtremaut, de Cazilhac, de Mornac et de Saint-Sauveur, ainsi que pour des fiefs nobles situés dans les lieux d’Alet, Rennes et Antunhac. En 1493, il renouvellera cet hommage à l’adresse de Jean de Lévis V. « II fust aussy viguier de Carcassonne », et « lieutenant de robbe courte de Monseigneur le seneschal de Carcassonne ». De 1480 à 1493, il est « rentier principal de l’evesché de Carcassonne », puis « exacteur des deniers royaux de Carcassonne » ; « exacteur aussi de la taille de Sain-tMartin le Vieux. En 1494, il sert dans l’armée du roi Charles VIII contre le roi de Naples et de Sicile. Il meurt en 1495 au siège de Gaète, en Italie.

François Dax, fils aîné de Jean I Dax, hérite de la seigneurie de Leuc ; Pierre Dax I, son fils cadet, hérite des seigneuries d’Axat et de La Serpent ; Antoine Dax, son benjamin, devenu chanoine d’Alet et de la cathédrale de Carcassonne, et plus tarde évêque d’Allet, hérite de la seigneurie de Trévas. En 1503, les trois frères rendent hommage à Jean V de Lévis pour les seigneuries de Leuc, Axat et Vaira, Artigues, Saint-Martin-le-Vieil, Durfort, La Serpent, Lion (Leuc) et Bouriège.

Après la disparition de Pierre Dax I, mort sans héritiers à une date qu’on ne sait pas, François Dax, son frère aîné, devient seigneur de Leuc et de La Serpent. En 1514, François Dax épouse Marguerite de Narbonne-Pelet ; puis, en 1524, Geoffrine de Saint-Julien. En 1538, comme ce grand seigneur est sourd et muet, c’est son frère Antoine qui le remplace dans l’hommage à Philippe III de Lévis. Jean Dax II, fils du premier lit, acquerra en 1591 une partie de la seigneurie de Cessales. Il épouse en 1551 Marguerite de Saint-Félix. Pierre Dax II, fils du second lit, sera seigneur de La Serpent et gouverneur des diocèses de Limoux et d’Alet. Arnaud, fils également du second lit, sera archidiacre et chanoine de Carcassonne en 1567.

En janvier 1558, Jean d’Achy, ou Jean Dax II, seigneur de Cessales, ligueur notoire, assiste aux Etats de Montpellier comme envoyé du vicomte de Joyeuse. En 1571, il fait partie des feudataires convoqués pour rendre les honneurs funèbres à Philippe de Lévis III. En 1S77, dans le cadre des guerres de religion, il accompagne Anne de Joyeuse devant Montpellier où le maréchal de Damville, duc de Montmorency, affronte le duc de Châtillon, François de Coligny, chef des religionnaires.

En 1573, Pierre Dax II (1526-1600), seigneur de La Serpent, « capitaine de cent hommes d’armes des ordonnances du roi », également ligueur notoire, est nommé gouverneur militaire pour le roi des diocèses de Limoux et d’Alet, puis nommé capitaine d’une compagnie de chevaux-légers par Damville, toujours dans le cadre des guerres de religion, auxquelles il participe activement. Il épouse en 1560 Andrée de Saint-Martin d’Arles ; puis, en secondes noces, Claire del Pech, ou du Puy, seigneuresse de la baronnie del Pech et de Pérignan. Il meurt en 1600 au château de La Serpent et il est inhumé en l’église Saint-Étienne de La Serpent où la famille a sa sépulture seigneuriale.

Antoine II Dax, fils de Pierre Dax II et d’Andrée de Saint-Martin d’Arles, seigneur de la Serpent épouse le 18 novembre 1583 à Béziers Anne de Montmeton.

Hercule Dax (1589-1650), fils d’Antoine II Dax, seigneur de La Serpent, épouse le 3 juillet 1616 Lucrèce du Vivier de Lansac († 1625).

Henry Dax, fils d’Hercule Dax et de Lucrèce Vivier de Lansac, seigneur de La Serpent, de Bouriège et de Teysonnières 4Teyssonnières, près de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac., épouse Anne de Saint-Jean, à une date qu’on ne sait pas.

Jeanne Dax, fille d’Henry Dax et d’Anne de Saint-Jean, épouse circa 1672 Pierre Hippolyte de Béon 5Cf. Christine Belcikowski, Enquête sur la descendance de Jean de Lomagne et de Louise de Bertrandy., marquis de Cazaux. Elle fait ainsi de son époux, puis d’Henri Joseph de Béon Cazaux et de Bernard de Béon Cazaux, leurs deux fils, les nouveaux maîtres de la seignerie de La Serpent.

plaigne_la_serpent

 

Henri Joseph de Béon Cazaux, alors commandeur de Plaigne 6Cf. Christine Belcikowski, Mystères dans l’histoire de la famille de Béon Cazaux et dans celle de la commanderie de Plaigne., « marquis et seigneur de La Serpent » aussi, mourra le 7 septembre 1746 à La Serpent. Délaissant le château de Cazaux, Bernard de Béon Cazaux, qui épousera le 10 avril 1713 Claire de Saint Jean de Thurin, fille de Jean Anne de Saint Jean de Thurin, seigneur de Hounoux, et de Jeanne Louise de Cyran de Cabanac de la paroisse de Villelongue, préfèrera vivre à Villelongue, puis à Limoux, ou, lui aussi, au château de La Serpent.

En 1753, Gaston Charles Pierre de Lévis, duc de Mirepoix, maréchal de France, assigne Bernard de Béon Cazeaux, marquis de Cazeaux, « chevalier seigneur de la Serpent, Bouriège, Hounoux, La Serre de Prouilhe, Labastide, et autres lieux » depuis la mort en 1746 d’Henri Joseph de Béon Cazaux, son frère, pour avoir omis de lui rendre l’hommage des seigneuries de La Serpent, Lion (Leuc), Bouriège, Mornac, La Bastide d’En Richard (le château de Cazaux), etc.

Gabriel Guillaume de Béon Cazaux, fils de Bernard de Béon Cazaux et de Claire de Saint Jean de Thurin, marquis de Béon, marquera le château de La Serpent d’une empreinte rendue bientôt définitive par le séisme révolutionnaire. Son portrait et celui de Marie Madeleine Christine Lombard de Montauroux, son épouse, demeuraient en 1908 encore dans le grand salon du château de La Serpent… 7Cf. Christine Belcikowski, Une visite au château de La Serpent, Aude, en 1908.

Gabriel Guillaume de Béon Cazaux et Marie Madeleine Christine Lombard de Montauroux n’ont eu que des filles. Le 17 septembre 1786, Marie Marguerite de Béon Cazaux, fille de Gabriel Guillaume de Béon Cazaux et de Marie Madeleine Christine Lombard de Montauroux, épouse à Nébias François de Mauléon Narbonne, seigneur de Nébias, de Brénac, de Trilla et de Caramany, coseigneur de Saint-Arnac. Dans la corbeille de ce mariage, elle apporte à la famille de Mauléon Narbonne la seigneurie de La Serpent. François de Mauléon Narbonne sera guillotiné à Collioure en 1794. Après la Révolution, Marie Marguerite de Béon Cazaux fera donation à son neveu, M. de Mauléon, des châteaux de Nébias et de La Serpent, ainsi que des fermes des Lanies (commune de Fa), de Mournac et d’Aragnou (commune d’Antugnac), de la Sauzède, de la Coume, et de St-Joulia, (commune de La Serpent).

« Ce M. de Mauléon, capitaine de lanciers sous la Restauration, mourut en 1854, à l’âgé de 80 ans. Sa fille, Elisabeth de Mauléon Narbonne, mariée à Gabriel Emmanuel de Rous, marquis de Puivert, recueillit dans sa part de succession La Serpent et ses dépendances. Le marquis mourut jeune, vers 1860, la marquise vers 1890.

Les biens de cette dernière furent vendus par licitation et acquis par deux des cinq enfants issus du mariage. Le château de La Serpent tomba aux mains d’un de Puivert et de son beau-frère, M. de Pons. Les fermes des Lanies et de Mournac furent vendues.

les_lanies

 

« En 1892, MM. de Puivert et de Pons cédèrent le reste de la propriété à M. Cadelard, de Béziers, lequel, après avoir vendu les fermes de Saint-Joulia 8hameau de Roullens et de la Sauzède, vendit le château à son propriétaire actuel, M. Caizergues, en 1898 » 9Excursion du 26 Avril 1908 A Antugnac, Croux, La Serpent, Fa, par MM. L, Gavoy et A. Pages, p. 8 sqq., Société d’études scientifiques de l’Aude, Carcassonne, 1909.. Le château de La Serpent demeure aujourd’hui une résidence privée.

III. Le château de La Serpent

Le château de La Serpent, tel qu’on le voit de nos jours, a sans doute été construit ou remanié sur la base d’une forteresse plus ancienne. « Les premiers documents mentionnant le château remontent au 13e siècle. Le château est souvent mentionné au cours des guerres de Religion pour avoir servi de prison de transit pour les religionnaires capturés dans la région. Le seigneur de La Serpent fut en effet l’un des chefs du parti de la Ligue » 10Architecture et patrimoine. Base Mérimée. La Serpent.. La mise en oeuvre du nouveau château date de la seconde moitié du XVIIe siècle et suit probablement, circa 1672, du mariage de Jeanne Dax de La Serpent avec Pierre Hippolyte de Béon Cazaux.

la_serpent_cassini

 

Ci-dessus : photo André Signoles © Monuments Historiques. 1986.

« L’édifice se présente sous la forme d’un vaste bâtiment rectangulaire, flanqué aux angles Est par deux tours carrées.

la_serpent_cassini

 

Ci-dessus : photo André Signoles © Monuments Historiques. 1986.

la_serpent_cassini

 

Ci-dessus : photo André Signoles © Monuments Historiques. 1986

« A l’ouest, les bâtiments encadrent une grande cour dont l’accès se fait par une large avenue close de murs et précédées de pavillons encadrant un portail. Les appartements seigneuriaux devaient occuper le pourtour de cette cour. L’aile nord devait être réservée aux communs. »

la_serpent_cassini

 

Ci-dessus : photo André Signoles © Monuments Historiques. 1986

« Au contraire, la symétrie de la façade orientale, entre ses deux tours carrées, indique une répartition des salles en longueur. Cette contradiction tend à montrer que, vers la fin du 17e siècle, il y eut une adaptation du château ancien suivant une nouvelle distribution répondant davantage aux goûts du temps. Sur la façade est, les faces latérales des tours sont armées de canonnières superposées, de type ovale » 11Ibidem.. La présence de ces canonnières rappelle le statut de forteresse qui a été antérieurement celui d’un château gouverné par une lignée de seigneurs combattants. »

la_serpent_vue_generale

 

Ci-dessus : photo André Signoles © Monuments Historiques. 1986

Le château de La Serpent semble avoir été heureusement restauré depuis l’époque où André Signoles a pris les photos reproduites ci-dessus. Le portail Ouest, la cour d’honneur, les façades et toitures ont fait l’objet d’une inscription par arrêté du 18 août 1986.

References   [ + ]

1. Lion : ancien nom de Leuc.
2. Mémoire sur l’histoire et les origines antiques de la famille de Dax d’Axat qui est aussi celle de La Serpent, d’Artigues, de Leuc et de Cessales, rédigé vers l’an 1620 en la ville de Carcassonne par un notaire resté anonyme.
3. Axat se trouve au sud de Quillan, après Saint-Martin-Lys.
4. Teyssonnières, près de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac.
5. Cf. Christine Belcikowski, Enquête sur la descendance de Jean de Lomagne et de Louise de Bertrandy.
6. Cf. Christine Belcikowski, Mystères dans l’histoire de la famille de Béon Cazaux et dans celle de la commanderie de Plaigne.
7. Cf. Christine Belcikowski, Une visite au château de La Serpent, Aude, en 1908.
8. hameau de Roullens
9. Excursion du 26 Avril 1908 A Antugnac, Croux, La Serpent, Fa, par MM. L, Gavoy et A. Pages, p. 8 sqq., Société d’études scientifiques de l’Aude, Carcassonne, 1909.
10. Architecture et patrimoine. Base Mérimée. La Serpent.
11. Ibidem.

Leave a Comment

  • Your Name... at 17 h 06 min

    merci beaucoup pour ce superbe article… mais une petite gentille correction : les enfants de Bernard de Béon-Cazaux et de Claire de Saint-Jean ne naîtront pas à La Serpent, mais à Villelongue d’Aude (en 1714 et 1718) et à Limoux (en 1716, 1717, 1722 et 1723)… Pour Gabriel-Guillaume, je ne sais pas où il est né ; peut-être fin 1719 à Hounoux où il manque des pages aux BMS)

    • La dormeuse at 17 h 47 min

      Merci de m’avoir signalé ma bévue. D’autant que j’avais relevé dans les registres paroissiaux le lieu de baptême des enfants de Bernard de Béon Cazaux et de Claire de Saint Jean. Cf. Enquête sur la descendance de de Jean de Lomagne et de Louise de Bertrandy : http://belcikowski.org/publications/?p=3160

      Je viens de corriger la bévue en question.

  • Your Name... at 4 h 27 min

    Pour information, l’article Wikipédia que vous mentionnez sur la famille Dax est grandement réduit par rapport à ce qu’il était auparavant, un contributeur l’ayant complètement dépecé, mais son contenu qui était beaucoup plus riche et détaillé a été sauvegardé, il est accessible sur le site de généalogie Généawiki par le lien suivant : https://fr.geneawiki.com/index.php/Famille_Dax_(Carcassonne,_Aude)
    Bonne lecture et merci pour votre article très intéressant.

    • La dormeuse at 17 h 03 min

      Merci pour le lien, qui ouvre en effet sur un article plus intéressant.

  • Martine at 18 h 31 min

    Naissance de Jeanne DAX en 1645 ? sa mère Lucrèce Vivier de Lansac est décédée en 1625 ?

    • La dormeuse at 18 h 54 min

      Vous avez eu raison de m’alerter. Merci de votre lecture attentive.
      J’ai dû avoir un moment de distraction.
      Voici la droite chronologie, grâce à vous, rétablie :
      « Jeanne Dax, fille d’Henry Dax et d’Anne de Saint-Jean, épouse circa 1672 Pierre Hippolyte de Béon. »

  • Martine at 19 h 23 min

    Merci pour votre aide précieuse

  • antoine de Moismont at 22 h 29 min

    L’acte de décès de Jeanne Dax femme de Béon-la-Serpent du 09/06/1685 à Limoux St-Martin la signale âgée de 45 ans ; elle ne peut donc pas être fille de Lucrèce de Saint-Jean ! Il me semble qu’elle est née (image 38 sur les BMS) 09/11/1645, fille d’Henry et de Anne (et non Lucrèce) de Saint-Jean. J’ai lu quelque part qu’Henry Dax x 25/11/1640 Anne de Saint-Jean, mais je n’ai pas vu ce contrat de mariage, je ne sais même pas où il s’est fait…

    • La dormeuse at 21 h 34 min

      Vous avez raison. Une autre personne me l’a signalé. C’était un moment de lapsus calami, maintenant corrigé.
      Merci de votre vigilance.