Images du Festival international de la Marionnette – vendredi 6 août 2010

 

 

 

 

Le montreur d’ombres chinoises, c’est sur la place. Voici maintenant quelques images prises à la fin de Broderies, un spectacle proposé par la Cie Arnica, qui se donnait hier à la Médiathèque.

 

Les broderies se font et se défont sur un plateau tournant, installé sur une vieille machine à coudre. Il s’agit de petites histoires qui arrivent à des objets sans importance, jouets, bouts de carton, autres bricoles, et à des marionnettes de rien du tout. Des personnages apparaissent dans le rond de lumière. Ils vivent un instant des aventures tour à tour tendres et cruelles. Le mille-pattes, tout joyeux de s’ébattre dans l’herbe, meurt de la question stupide qu’on lui pose…

 

Des jambes se baladent, se croisent, se rapprochent, esquissent un pas de danse ensemble, puis se quittent. Chacun son chemin. La solitude l’emporte.

 

Le théâtre d’objets de la Cie Arnica est aussi un formidable théâtre du bruit. Presque sans paroles, les histoires parlent ici le langage des sons. Thierry Küttel bruite la vie à la basse électrique, au baby phone et au poste à cassette. Virginie Gaillard prête aux objets l’étonnante expressivité de son visage, de ses silences et de ses onomatopées. Le spectacle est d’une poésie merveilleuse, d’une profondeur simple et libre aussi. Un enfant peut comprendre ici. Ce qu’on lui montre sans dire perdrait de sa gravité à être expliqué.

Ce spectacle du monde comme il va a été conçu par Emilie Flacher. Théâtre « de la rencontre et du chemin », la Cie Arnica nous vient de Neuville-sur-Ain. Elle prépare pour l’année 2011 un spectacle intitulé Coeur cousu.

Ce contenu a été publié dans art, Midi-Pyrénées, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Images du Festival international de la Marionnette – vendredi 6 août 2010

  1. Martine Rouche dit :

    […]
    This fleeting scene is but a stage,
    Where various images appear,
    In different parts of youth and age
    Alike the prince and peasant share.
    […]
    Jonathan Swift, The Puppet Show.

Laisser un commentaire