Au Carla-Bayle, sculptures de Jean-Pierre Pourtier

Cheveux au vent, sur le rempart du Carla-Bayle, c’est Jean-Pierre Pourtier. Il vit au Carla. Il a son atelier au Carla. Il expose au Carla. La rieuse, à ses côtés, c’est Labaronne, une artiste amie, qui vit à Mirepoix, qui a son atelier à Mirepoix, qui expose à Mirepoix. Quand Mirepoix rencontre Le Carla-Bayle, qu’est-ce qu’ils se racontent ? Des histoires d’artistes, bien sûr. Et des histoires tout court. Des histoires pour rire. Des histoires de tout et de rien comme on en raconte depuis le commencement du monde.

Jean-Pierre Pourtier et Labaronne, qui se racontent des histoires, cheveux au vent, sur le rempart du Carla-Bayle, on dirait une scène de film. J’ai pris la photo depuis le pied du rempart. Qu’est-ce que je faisais là, tout en bas ? Je m’étais penchée moi aussi au bord du rempart, j’allais prendre une photo, j’ai retiré le cache de l’objectif, et le cache tombe dans le vide, et blink, blut, il rebondit sur les rochers au pied du rempart, et zlap, zlup, il se perd dans les massifs de fleurs !

Je cours le long du rempart, je prends le virage en épingle à cheveux qui amorce la descente vers le pied du rempart, les rochers, les massifs de fleurs. Je cours, je cours. Il me faut retrouver ce cache, c’est celui d’un appareil qu’on m’a prêté ! J’entre dans les massifs de fleurs, je fouille. Le cache est quelque part, caché comme le bifteck sous la feuille de salade ! J’entrevois une rondelle de plastique noir… Je suis sauvée.

Qu’étions-nous venus voir au bord du rempart ? Le vaste monde, et au milieu du vaste monde, là tout en bas au pied du rempart, les sculptures de Jean-Pierre Pourtier. Quelques unes des sculptures de Jean-Pierre Pourtier. Je les ai photographiées ailleurs, au soleil couchant 1)Cf. La dormeuse blogue : Jean-Pierre Pourtier expose à la galerie 113. Elles font ici de très belles ombres, au soleil de l’après-midi. Lâchant irrésistiblement la proie pour l’ombre, je m’apprêtais à photographier la danse des fantômes, lorsque ce *%?#£! de cache, blink, blut, zlap, zlup, est tombé.

Les histoires d’en rire finissent bien. Voici, tel qu’il m’apparaissait avant la chute du cache, l’obscur effet de lumière qui, en ce jour de juillet 2010 au pied du rempart du Carla-Bayle, motivait mon désir de photographier des fantômes. Je suis remontée à toutes jambes au bord du rempart, et j’ai pris la photo.

A voir aussi :
Jean-Pierre Pourtier

A lire aussi :
La dormeuse blogue : Jean-Pierre Pourtier expose à la galerie 113

Notes   [ + ]

1. Cf. La dormeuse blogue : Jean-Pierre Pourtier expose à la galerie 113
Ce contenu a été publié dans art, Midi-Pyrénées, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Au Carla-Bayle, sculptures de Jean-Pierre Pourtier

  1. Martine Rouche dit :

    Humpty Dumpty sat on a wall …
    Humpty Dumpty had a great fall …
    All the king’s horses and all the king’s men
    Couldn’t put Humpty Dumpty together again !
    (But Sleeping Beauty ran downhill and managed to get her camera shutter all the same !! )

Laisser un commentaire