A Mirepoix – Belles ombres, blues d’automne

 

 

Telles sont les ombres que l’on voit, cours Maréchal de Mirepoix, sur les portes des vieilles remises. Alors qu’arrivant du Foulon, j’allais sous les platanes vers la Porte d’Amont, je songeais qu’ici j’eus foulé jadis au pied du rempart la poussière du chemin de ronde, qu’on nommait alors escossière…

Tardives sont les ombres que le soleil aiguise sur les portes des vieilles remises.

Ce contenu a été publié dans Midi-Pyrénées, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à A Mirepoix – Belles ombres, blues d’automne

  1. Martine Rouche dit :

    Autumn song

    Know’st thou not at the fall of the leaf
    How the heart feels a languid grief
    Laid on it for a covering,
    And how sleep seems a goodly thing
    In Autumn at the fall of the leaf?

    And how the swift beat of the brain
    Falters because it is in vain,
    In Autumn at the fall of the leaf
    Knowest thou not? and how the chief
    Of joys seems—not to suffer pain?

    Know’st thou not at the fall of the leaf
    How the soul feels like a dried sheaf
    Bound up at length for harvesting,
    And how death seems a comely thing
    In Autumn at the fall of the leaf?

    Dante Gabriel Rossetti

Laisser un commentaire