Le Martyre de Saint Etienne – Une toile de Jacques Gamelin, installée dans l’église Saint Etienne de Pépieux (Aude)

Après avoir lu sur ce blog un article dédié à Jacques Gamelin, peintre, homme du Carcassès, un lecteur inconnu m’adressait récemment le message suivant :
 
Nous avons à Pépieux un très beau tableau de Jacques Gamelin Père datant de 1784. Il représente le Martyre de St Etienne. Mais il mériterait une restauration.
 
J’ai demandé à mon correspondant s’il pouvait me transmettre une photographie de ce tableau, ajoutant que celle-ci ferait le bonheur des admirateurs de Jacques Gamelin, dont je suis.
 
J’ai reçu cette photo hier. Mon correspondant me prie d’indiquer que Le Martyre de Saint Etienne est un tableau de Jacques Gamelin Père, que le tableau est installé dans l’église Saint Etienne à Pépieux (Aude), et que l’église est toujours ouverte.

Mon correspondant se nomme Nathan Cabrera. Il est l’auteur de la photographie reproduite ci-dessus ; l’auteur aussi de Mémoires pépieuxoises, blog dédié, comme le titre l’indique, à l’histoire et à l’église de ce petit village en Minervois, Pépieux !!

Vous trouverez, entre autres, sur ce blog une page consacrée aux peintures sur toile de l’église, parmi lesquelles Le Martyre de Saint Etienne, qui fait l’objet d’une intéressante description.

La page consacrée à l’église Saint Etienne (XIVe siècle) indique que Le Martyre de Saint Etienne constituait lors de son installation la partie centrale d’un retable, malheureusement démoli en 1899.

Ce contenu a été publié dans art, Midi-Pyrénées, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Le Martyre de Saint Etienne – Une toile de Jacques Gamelin, installée dans l’église Saint Etienne de Pépieux (Aude)

  1. Martine Rouche dit :

    Quel plaisir de partager des connaissances, des photos, de participer ainsi à la préservation d’un patrimoine bien méconnu, faut-il le préciser ! Il n’est pas dit que nous ne fassions pas un jour un saut au-delà de Carcassonne, jusqu’à Pépieux … Pourquoi pas ? Merci à Nathan Cabrera et à toi pour ces liens croisés !

  2. C’est très bel article sur ce tableau qui le met évidemment en valeur. J’espère qu’un jour il sera restauré. Mais d’abord il faut que cela saute à l’œil d’un conservateur du patrimoine ou d’un musée.

    Merci pour cet article,

    Nathan

  3. roumengous dit :

    Bonjour

    Je reviens avec un groupe de la cathédrale st Michel de Carcassonne où j’ai été accueillie de façon vraiment très agréable M. le Recteur .
    J’y ai vu quatre magnifiques tableaux de Gamelin dans la salle du Chapitre dont un extrêmement intéréssant « :Jésus chassant les marchands du Temple » plus quatre dans une salle adjacente. Un vrai trésor

    malheureusement, je n’ai pas pris de photos

    Je pense que Gamelin est traité vilainement par Wikipéda et qu’il est temps de redonner du lustre à ce peintre languedocien dans un contexte de timide résurection de ce genre de peinture (cabanel à Montpellier après paris.

    Cordialement

    Maryse ROUMENGOUS

  4. Martine Rouche dit :

    Je suis d’accord avec le comment précédent !
    Pour revenir sur le premier post consacré à Jacques Gamelin, son  » Nouveau recueil d’ostéologie et de myologie, dessins d’après nature pour l’utilité des sciences et de arts  » m’intéresse plus particulièrement. Un exemplaire a été vendu chez Christie’s à New York, il y a quelques années, et le catalogue précisait ceci :
     » Gamelin is best known for his paintings and battle scenes which can be found throughout museums in France. His technical perfection, coupled with the emotional and fantastic elements in his images, have led him to be seen as a precursor of Goya. It is possible that the young Goya may have known or studied with Gamelin, who taught in Rome during the time Goya was there.  »
    Ce lien (analogique ? ) avec le Goya des Caprices, en particulier, m’intéresse, et je partage !

  5. Martine Rouche dit :

    Jacques Gamelin, peintre du Languedoc
    in : Ballades en Pays d’Aude, itinéraires touristiques du patrimoine religieux audois, La Pastorale du Tourisme, Diocèse de Carcassonne et Narbonne, édition 2011, pages 4 et 5.
     » Voici la liste des églises audoises renfermant des oeuvres de Gamelin :
    ARGELIERS :
    La Résurrection du Christ
    CARCASSONNE, église Saint-Vincent :
    Le Déluge
    David au Mont des Oliviers
    L’invention de la sainte Croix
    Exaltation de la sainte Croix
    Saint Roch guérissant les pestiférés
    L’ordination de saint Vincent
    Saint Vincent prêchant devant l’évêque Valère
    Quatre toiles illustrant le thème de la sainte Croix
    CARCASSONNE, cathédrale Saint-Michel, dans le trésor :
    Le Serpent d’airain
    La prière de Moïse au cours de la bataille de Réphidim
    La victoire de Constantin
    Entrée victorieuse de Constantin dans Rome
    CUXAC D’AUDE :
    Saint Roch au milieu des miraculés
    FANJEAUX :
    Ex-voto à saint Dominique : la procession de la grêle
    Peinture murale sur l’arc triomphal : le couronnement de la Vierge Marie
    GRUISSAN :
    Ex-voto à saint Pierre
    MONTREAL D’AUDE :
    Saint Roch
    Saint Pierre
    NARBONNE, chapelle de l’hôpital :
    Saint Vincent de Paul
    Huit grandes toiles dont quatre consacrées à la vie de saint Louis
    NARBONNE, cathédrale Saint-Just :
    Le martyre de saint Etienne
    L’adoration des bergers devant l’enfant Jésus à la crèche
    L’apothéose de saint Paul
    Martyre de saint Just et saint Pasteur
    Saint Vincent de Paul
    NARBONNE, église Saint-Paul :
    Saint Charles Borromée
    Saint Augustin
    Jésus prêchant
    Saint Joseph emporté au ciel
    Assomption de la Vierge Marie
    PEPIEUX :
    Le martyre de saint Etienne
    PEYRIAC DE MER :
    L’adoration des bergers
    Le martyre de saint Etienne
    La conversion de Paul
    SAINT LAURENT DE LA CABRERISSE :
    Christ en Croix
    SALLELES D’AUDE :
    Saint Anne instruisant la Vierge Marie
    Lapidation d’Etienne
    Sainte Cène
    Saint Blaise évêque de Sébaste (Arménie)
    Saint Michel foudroyant Lucifer
    Les angoisses de Jésus au jardin des oliviers
    Saint Jérôme méditant les prophéties d’Ezéchiel  »

    Un portrait signé Jacques Gamelin :

     

     

    Portrait de Jean Joseph Frion (1773- 1819), natif de Perpignan, élégant Incroyable qui occupait à Paris un poste d’ingénieur, par Jacques Gamelin, 1796, musée H. Rigaud, Perpignan.

Laisser un commentaire