Coup d’oeil sur l’ancienne seigneurie de la Bezole, dans l’Aude

bezole_carte.jpg

Ancienne dépendance de l’abbaye bénédictine d’Alet 1« En 1119, le pape Calixte II confirme par une bulle en faveur du monastère d’Alet la possession de la place forte de La Bezole ». Cf. Société d’études scientifiques de l’Aude. Carcassonne. 1940., et plus tard du monastère dominicain de Prouilhe 2La « grange de Madame de Prouilhe » fait l’objet de nombreuses mentions dans les registres paroissiaux de la Bezole au XVIIe siècle encore. ; siège d’une seigneurie, ancienne elle aussi ; le village de la Bezole (autrefois la Vesolle, ou la Bezolle) se trouve dans l’Aude, au bord de la Départementale 620, à 25 kilomètres de Mirepoix et à 10 kilomètres de Limoux. Il conserve une petite église, aujourd’hui succursale de celle d’Ajac, et un château.

bezole_chateau.jpg

Les seigneurs de la Bezole tiennent lointainement leur seigneurie de la maison ariégeoise de Lissac.

lissac_bezole.jpg

« Par le mariage de Marie de Lissac 3Marie de Lissac était probablement la fille de Jean-Roger de Lissac (dernier seigneur connu portant le nom du village de Lissac) et de Catherine de Lordat. avec Arnaud d’Espagne en 1495, la seigneurie de Lissac passe de la maison de Lissac dans la maison d’Espagne. On retrouve cependant encore, au cours des XVIe et XVIe siècles, des membres de la maison de Lissac dans la région de Mirepoix. En 1494, Arnaud de Lissac est seigneur des villages de Queille, Belloc et la Tour Saint-Quentin près de Mirepoix. Ses descendants restent ensuite seigneurs de ces localités, et aussi du village de La Bezole, jusqu’en 1684, date à laquelle, suite à la mort de son oncle Charles de Du (ou Dedu, ou de Dun) et de Lissac, Jean de Nogaret hérite de la seigneurie de la Bezole » 4Les seigneurs de Lissac.

La famille de Du est originaire d’Alet. Le 7 juin 1559, François de Du épouse Seguine de Lissac, alors seigneuresse de la Bezole. Celle-ci stipule par disposition matrimoniale qu’elle « donne la moitié de ses biens au premier enfant mâle, à la charge de porter le nom et les armes de Lissac », « De gueules, à trois épées d’argent mises en pal ».

Claude Bazin de Bezons, intendant du Languedoc de 1654 à 1674, enregistre cette disposition dans l’enquête qu’il mène pour le roi sur l’état de la noblesse languedocienne :

« Dedu De Lissac, en Languedoc, famille connue dans l’ordre de la noblesse de cette province depuis l’an 1500.
Armes : de gueules , à trois épées d’argent.
Ce sont les armes de la famille de Lissac, substituées aux noms et armes de Dedu, par disposition matrimoniale du 7 juin 1559. » 5Jean Faurin (1530-1605) et Claude Bazin de Bezons (1617-1684). Pièces fugitives pour servir à l’histoire de France. Généralité de Toulouse.

Du couple formé par François de Du et Seguine de Lissac naissent François de Du de Lissac, Marguerite de Du de Lissac, et Charles de Du de Lissac.

  • François de Du de Lissac épouse Magdelaine de Gouzens, fille de François de Gouzens, seigneur de Lafage comme donataire de Tristan de Fontaines, et de Françoise de Lissac, fille de Jean Paul de Lissac 6Jean Faurin (1530-1605) et Claude Bazin de Bezons (1617-1684). Pièces fugitives pour servir à l’histoire de France. Généralité de Toulouse., seigneur de la Tour de Saint-Quentin, et de Philibert de Vignes. Il hérite de la seigneurie de la Bezole.
  • Marguerite de Du de Lissac, sa soeur, épouse Guillaume de Nogaret, seigneur de Roquesérière, Buzet, Villemur, etc.
  • Charles de Du de Lissac, son frère, né circa 1563, devient chanoine du Chapitre d’Alet, puis recteur de la Bezole. Il y meurt le 27 novembre 1653 à l’âge de quatre-vingt-dix ans. 7Archives dép. de l’Aude. La Bezole (1653-1684). Document 100NUM/AC39/1E1. Vue 22.

bezole_chateau2.jpg

Né vers 1614, fils et successeur de François de Du de Lissac, héritier de la seigneurie de la Bezole, Charles de Dedu de Lissac, dit à tort dans les vieux livres « non marié », épouse en 1638 Marie de Cazemajou, fille d’Hercule de Cazemajou, seigneur de Mouthoumet dans l’Aude.

cazemajou_noblesse.jpg

Henri de Caux. Catalogue général des gentilshommes de la province de Languedoc. Diocèse de Narbonne. Chez Jean Martel, Imprimeur. Pézenas. 1676.

Charles de Du de Lissac et Marie de Cazemajou n’auront pas d’enfants. Restée célibataire, Isabeau de Du de Lissac, soeur de Charles de Du de Lissac, vit également au château de la Bezole.

lissac_cazemajou.jpg

16 juin 1682. Archives dép. de l’Aude. La Bezole (1653-1684)). Document 100NUM/AC39/1E1. Vue 9.

Charles de Du de Lissac et Marie de Cazemajou, son épouse, résident à la Bezole de façon permanente. Charles de Du de Lissac se montre très présent dans la vie du village. Il parraine régulièrement les enfants de ses métayers et fait acte de présence à de nombreux mariages. Marie de Cazemajou, « Madamoiselle sa femme », n’apparaît qu’une seule fois dans le registre paroissial, le 16 juin 1682, en tant que marraine d’un petit Charles dont son mari est le parrain.

bezole_eglise.jpg

lissac_isabeau.jpg

23 avril 1871. Archives dép. de l’Aude. La Bezole (1653-1684). Document 100NUM/AC39/1E1. Vue 5.

Soeur de Charles de Du de Lissac, Isabeau de Du de Lissac, dite « Madamoiselle de la Bezole », se plaît elle aussi à parrainer des enfants. En 1667, les archives indiquent que « damoiselle Izabeau de Lissac, fille de feu noble [Jean] François de Lissac, baron d’Alliat, et de dame Magdelaine de Gouzens, mariés, fait enregistrer en la cour de M. le Sénéchal de Pamiers une insinuation contenant clauses de substitution de tous ses biens meubles et immeubles présents et à venir, s’en réservant l’usufruit sa vie durant, et une somme de 60 livres tournois, une fois payée, à noble Paul Ducassé, son filleul, fils de noble Gabriel Ducassé, sieur de Courbaut (Courbaut, près de Campagne-sur-Arize, Ariège), son neveu, et de dame Suzanne de Sartre, mariés » 8Jean Lucien Orliac, Félix Pasquier. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Ariège. Page 16. 1894..

lissac_charles_deces_1684.jpg

23 mars 1684. Décès de Charles de Du de Lissac. Archives dép. de l’Aude. La Bezole (1653-1684). Document 100NUM/AC39/1E1. Vue 28.

La date (après 1682) et le lieu du décès de Marie de Cazemajou demeurent inconnus. Noble Charles de Du de Lissac, seigneur de la Bezole, meurt le 23 mars 1684 et il est inhumé dans le cimetière de la Bezole, au pied de la petite église de la Nativité de la Vierge.

nogaret_noblesse.jpg

Henri de Caux. Catalogue général des gentilshommes de la province de Languedoc. Diocèse de Toulouse. Chez Jean Martel, Imprimeur. Pézenas. 1676.

    roqueseriere_bezole.jpg

  • Fils de Guillaume de Nogaret 9Guillaume de Nogaret descend de Pierre de Nogaret, seigneur de Graniague et de Roqueférière, lui-même second fils de Jacques de Nogaret, seigneur de Marquefave, et de Vitale de Garrigues. Cf. La Chenaye-Dubois. Dictionnaire de la noblesse. Tome XV. Troisième édition. Page 24., seigneur de Roquesérière (Haute-Garonne), Buzet, Villemur, etc., et de Marguerite de Du de Lissac, Jean de Nogaret hérite de François de Du de Lissac, son oncle maternel, la seigneurie de la Bezole ainsi que la co-seigneurie de Roquesérière, Buzet et Villemur 10Anselme de Sainte-Marie. Armorial de la Noblesse de Languedoc. Généralité de Toulouse. Volume 1. Page 257..
  • Jeanne Marie, dite Marianne, de Nogaret (ca 1644-1724), soeur aînée de Jean de Nogaret, épouse le 16 janvier 1684 à Roquesérière (Haute-Garonne) Jacques de Gouts, sieur de Villeneuve.
  • Jeanne de Nogaret (ca 1647-1727), autre soeur aînée de Jean de Nogaret, épouse le 18 juin 1689 Pierre de Babut, seigneur de La Pointe de Saint-Sauveur.
  • Noble Charles de Nogaret (/1655-1689..1691), frère aîné de Jean de Nogaret, est en 1673 cadet au Régiment des Gardes Françaises. La plupart des généalogistes disent qu’il ne s’est pas marié ; d’autres, qu’il aurait épousé une Anne [de Du ?] de Lissac, qui demeure introuvable. Il n’aura pas de descendance en tout cas.
  • Lucrèce de Nogaret, soeur cadette de Jean de Nogaret, ne se mariera pas, et elle finira seigneuresse de Roquesérière.

nogaret_esprit_mariage1.jpg

nogaret_esprit_mariage2.jpg

22 mai 1686. Acte de mariage de Jean de Nogaret et de Catherine d’Esprit. Présents « à ce » : Monsieur Maître Pierre d’Esprit, lieutenant principal ; Maître Thomas Esprit, docteur en parlement ; Noble Charles de Nogaret, seigneur de Roquesérière ; Messire Noble Jean de Lévis de Limbrassac (plus tard d’Ajac). Archives dép. de l’Aude. Limoux. Paroisse Saint Martin (1683-1686). Document 100NUM/AC206/GG67. Vues 135-136.

Le 22 mai 1686, « Jean de Nogaret de Du et de Lissac », seigneur de la Bezole, épouse à Limoux Catherine d’Esprit, née le 28 juin 1655 à Limoux, fille de Monsieur Maître Pierre Esprit 11Pierre Esprit est fils d’Esprit André, médecin ordinaire du roi, et de Judith Sanche, fille de Pierre Sanche, apothicaire du roi. D’ascendance juive comme son épouse, Esprit André se convertit un jour au catholicisme, et il lègue alors à ses enfants son prénom pour nouveau patronyme : « Esprit »., lieutenant principal au Sénéchal de Limoux, et de Damoiselle Raymonde de Barthe 12Archives dép. de l’Aude. Limoux. Paroisse Saint-Martin (1683-1686). Document 100NUM/AC206/GG67. Vues 135-136..

nogaret_jean_signature.jpg

27 mars 1696.Archives dép. de l’Aude. La Bezole (1692-1729). 100NUM/AC39/1E2. Vue 4.

Le couple n’apparaît ensuite dans le registre paroissial de la Bezole que lors du baptême d’un enfant de métayer, et lors du baptême de trois de ses propres enfants. Il semble n’avoir pas résidé à la Bezole de façon permanente et vécu plutôt, au moins dans la première moitié des années 1690, à Roquesérière.

ajac_bezole.jpg

Archives dép. de l’Aude. La Bezole (1692-1729). 100NUM/AC39/1E2. Vue 5.

Messire Jean de Lévis Ajac, qui était présent le 22 mai 1686 au mariage du couple, vient sans doute quelquefois visiter en voisin ses amis de la Bezole, lorsque ceux-ci du moins s’y trouvent présents. Le 9 novembre 1698, assisté de Madame Marie Anne d’Hautpoul, il parraine l’enfant nouvelle-née de l’un des métayers du village.

Dans le registre paroissial de la Bezole, on trouve à Jean de Nogaret et à Catherine d’Esprit les trois enfants qui suivent :

    nogaret_charles_1687.jpg

    6 juillet 1687. Archives dép. de l’Aude. La Bezole (1653-1684). Document 100NUM/AC39/1E1. Vue 11.

  • Charles de Nogaret, baptisé le 6 juillet 1687. Parrain, Messire Noble Charles de Nogaret, grand-oncle paternel de l’enfant ; marraine, Anne Marie d’Esprit, tante maternelle de l’enfant.
  • Pierre Jean de Nogaret, né le 22 novembre 1695, baptisé le 4 décembre 1695. Parrain, Noble Pierre de Babut du diocèse de Toulouse, époux de Jeanne de Nogaret, d’où beau-frère de Jean de Nogaret ; marraine Damoiselle Delphine d’Esprit, tante maternelle de l’enfant 13Archives dép. de l’Aude. La Bezole (1692-1729). 100NUM/AC39/1E2. Vue 4.. Pierre Jean de Nogaret mourra à la Bezole le 12 mai 1708, âgé de treize ans 14Archives dép. de l’Aude. La Bezole (1692-1729). 100NUM/AC39/1E2. Vue 11..
  • Marie Anne de Nogaret, baptisée le 9 janvier 1698. Parrain, Henry de Cazemajou 15Au mariage d’Henry de Cazemajou et de Delphine d’Esprit, le 27 novembre 1696 à Limoux, sont présents Noble Jean de Nogaret, seigneur de la Bezole, et Noble Jean de Barre, seigneur de la Roque. Archives dép. de l’Aude. Limoux. Paroisse Saint Martin (1696-1697), seigneur de Mouthoumet, époux de Delphine d’Esprit . 100NUM/AC206/GG73. Vue 30. ; marraine, Damoiselle Marie de Fores, veuve de feu M. Dansin, bourgeois de Limoux 16Archives dép. de l’Aude. La Bezole (1692-1729). 100NUM/AC39/1E2. Vue 5.. Plusieurs fois marraine au village, Marie Anne de Nogaret ne se mariera pas.

On observe ci-dessus un improbable laps de temps entre la naissance de Charles de Nogaret et celle de Pierre Jean de Nogaret, son frère puîné.

nogaret_jean_enfants.jpg

Louis de la Roque. Armorial de la Noblesse de Languedoc. Généralité de Toulouse. Volume 1. Pages 257-258.

D’autres enfants de Jean de Nogaret et de Catherine d’Esprit sont venus au monde, à Roquesérière probablement, comme indiqué par Louis de la Roque dans l’Armorial de la Noblesse de Languedoc.

nogaret_jean_1701.jpg

Archives dép. de l’Aude. La Bezole (1692-1729). Document 100NUM/AC39/1E2. Vue 8.

bezole_carte_eglise.jpg

Eglise de la Nativité de la Vierge à la Bezole, circa 1900.

Jean de Nogaret meurt à la Bezole le 6 nov 1701, et il est enseveli dans le petit cimetière de l’église de la Nativité de la Vierge.

esprit_catherine_deces.jpg

29 février 1740. Archives dép. de la Haute-Garonne. Roqueserière (1700-1766). Registre paroissial 1 E 1 (collection communale). Vue 145.

roqueseriere_eglise.jpg

Eglise de Roquesérière. XIIe siècle.

Catherine d’Esprit, veuve de Jean de Nogaret, mourra le 29 février 1740 à Roquesérière, et elle sera ensevelie dans le cimetière de ce village. Delphine d’Esprit, sa soeur, veuve d’Henry de Cazemajou, est morte la première, le 13 décembre 1738, elle aussi à Roquesérière 17Archives dép. de la Haute-Garonne. Roqueserière (1700-1766). Registre paroissial 1 E 1 (collection communale). Vue 138..

Le 6 novembre 1701, Charles de Nogaret succède à Jean de Nogaret, son père, à la tête de la seigneurie de la Bezole. Il ne se mariera pas. Dans les années 1720, d’une façon à laquelle il ne pouvait certes pas s’attendre, il se trouve impliqué dans la procédure qui résulte de l’admistration de la succession de Gaston II de Lévis de Lomagne.

Pierre Charles de Lévis, qui a hérité la seigneurie de Mirepoix de Gaston II de Lévis de Lomagne, son oncle, mort le 26 juillet 1699, et qui, né le 2 décembre 1699, est évidemment mineur à cette date, se trouve doté d’abord de deux tuteurs « honoraires » choisis dans sa parentèle. Le 18 octobre 1710, en raison de la mésentente survenue entre ces deux premiers tuteurs et suite à une décision du Conseil royal, aux tuteurs « honoraires » succède un tuteur « onéreux », chargé de gérer au nom de Pierre Charles de Lévis la succession de Gaston II de Lévis, notoirement tenue pour défavorable. Ce tuteur « onéreux », c’est Thomas Esprit, né le 25 septembre 1644 à Limoux, premier consul de Limoux en 1668, conseiller du Roi, lieutenant général en la sénéchaussée et siège présidial de Limoux, frère par ailleurs de Catherine et de Delphine d’Esprit.

esprit_thomas_deces.jpg

25 juillet 1716. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix. Paroisse Saint Maurice (1699-1722). Document 1NUM6/5MI663. Vue 342.

Thomas Esprit meurt hélas à Mirepoix, le 25 juillet 1716, avant d’avoir pu achever sa tâche.

« Dans les premiers jours de 1721, on assigne les héritiers de Thomas Esprit, décédé, pour produire les éléments de son administration. Le 28 mai 1721, une sentence du Châtelet de Paris les oblige de remettre des comptes. […]. Le 19 mai 1722, un accord se trouve passé entre Gaston Pierre Charles de Lévis, marquis de Mirepoix, et Charles de Nogaret, seigneur de la Bezole, agissant en son nom et en celui de dame Delphine d’Esprit, épouse de Messire de Cazemajou, seigneur de Mouthoumet, au sujet du partage des biens de Thomas Esprit, tuteur du marquis de Mirepoix, dont tous sont créanciers. Il est convenu que la vente des biens s’opèrera, que le marquis en prélèvera les deux tiers, et les autres parties un tiers » 18Siméon Olive et Félix Pasquier. Inventaire historique et généalogique des documents de la branche Lévis-Léran, devenue Lévis-Mirepoix. Volume 3. Pages 613 et 627. Editions Privat. 1903..

Le 17 juin 1729, après avoir fait dénombrer ses biens nobles devant les capitouls, Charles de Nogaret désigne pour son héritier [Pierre] Charles de Babut, son cousin, seigneur de Saint-Sauveur et de la Pointe, « à la charge pour ses descendants mâles de porter le nom et les armes des Nogaret » 19Louis de la Roque. Armorial de la Noblesse de Languedoc. Généralité de Toulouse, Volume 1. Page 258..

nogaret_charles_1749.jpg

19 septembre 1749. Archives dép. de la Haute-Garonne. Roqueserière (1700-1766). Registre paroissial 1 E 1 (collection communale). Vue 192.

Charles de Nogaret, seigneur de la Bezole et de Roquesérière, meurt à l’âge de soixante-trois ans, le 19 septembre 1749, à Roquesérière.

babut_nogaret_armes.jpg

« Les armes des Babut-Nogaret sont : partie, au 1er, de gueules au chevron or, accompagné d’un pélican de même en pointe ; au chef d’or plein, qui est de Babut ; au 2ème d’or à l’arbre de sinople raciné de même, au chef de gueules, la croix alaisée d’argent, qui est de Nogaret ». Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France. 15 novembre 1906.

[Pierre] Charles de Babut de Nogaret, 27e seigneur de Roquesérière, né le 11 juin 1690 à Briatexte, dans le Tarn, marié à Marie d’Abeilhou à Parisot dans le Tarn, héritier de Charles de Nogaret, seigneur de La Bezole, ne vient guère dans sa seignerie de la Bezole. Les archives paroissiales ne témoignent en tout cas d’aucune visite. Il meurt le 5 décembre 1769 à Roquesérière. Jean Joseph de Babut Nogaret, son fils, né le 13 août 1727 à Briatexte, marié à Marie Cressonière de Lonchamp, ne viendra pas davantage à la Bezole. François Hector Charles Auguste de Babut Nogaret, né le 28 novembre 1759 à Briatexte, épouse le 7 août 1790 Marthe Louise de Cassand, fille de Jean Joseph Henri de Cassand de Glatens, seigneur de Lherm et de Jottes, conseiller au Parlement de Toulouse, et d’Antoinette Adrienne de Rabaudy. Mais le temps des seigneuries est fini. Une autre histoire commence pour la Bezole, dans l’Aude…

References   [ + ]

1. « En 1119, le pape Calixte II confirme par une bulle en faveur du monastère d’Alet la possession de la place forte de La Bezole ». Cf. Société d’études scientifiques de l’Aude. Carcassonne. 1940.
2. La « grange de Madame de Prouilhe » fait l’objet de nombreuses mentions dans les registres paroissiaux de la Bezole au XVIIe siècle encore.
3. Marie de Lissac était probablement la fille de Jean-Roger de Lissac (dernier seigneur connu portant le nom du village de Lissac) et de Catherine de Lordat.
4. Les seigneurs de Lissac.
5. Jean Faurin (1530-1605) et Claude Bazin de Bezons (1617-1684). Pièces fugitives pour servir à l’histoire de France. Généralité de Toulouse.
6. Jean Faurin (1530-1605) et Claude Bazin de Bezons (1617-1684). Pièces fugitives pour servir à l’histoire de France. Généralité de Toulouse.
7. Archives dép. de l’Aude. La Bezole (1653-1684). Document 100NUM/AC39/1E1. Vue 22.
8. Jean Lucien Orliac, Félix Pasquier. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Ariège. Page 16. 1894.
9. Guillaume de Nogaret descend de Pierre de Nogaret, seigneur de Graniague et de Roqueférière, lui-même second fils de Jacques de Nogaret, seigneur de Marquefave, et de Vitale de Garrigues. Cf. La Chenaye-Dubois. Dictionnaire de la noblesse. Tome XV. Troisième édition. Page 24.
10. Anselme de Sainte-Marie. Armorial de la Noblesse de Languedoc. Généralité de Toulouse. Volume 1. Page 257.
11. Pierre Esprit est fils d’Esprit André, médecin ordinaire du roi, et de Judith Sanche, fille de Pierre Sanche, apothicaire du roi. D’ascendance juive comme son épouse, Esprit André se convertit un jour au catholicisme, et il lègue alors à ses enfants son prénom pour nouveau patronyme : « Esprit ».
12. Archives dép. de l’Aude. Limoux. Paroisse Saint-Martin (1683-1686). Document 100NUM/AC206/GG67. Vues 135-136.
13. Archives dép. de l’Aude. La Bezole (1692-1729). 100NUM/AC39/1E2. Vue 4.
14. Archives dép. de l’Aude. La Bezole (1692-1729). 100NUM/AC39/1E2. Vue 11.
15. Au mariage d’Henry de Cazemajou et de Delphine d’Esprit, le 27 novembre 1696 à Limoux, sont présents Noble Jean de Nogaret, seigneur de la Bezole, et Noble Jean de Barre, seigneur de la Roque. Archives dép. de l’Aude. Limoux. Paroisse Saint Martin (1696-1697), seigneur de Mouthoumet, époux de Delphine d’Esprit . 100NUM/AC206/GG73. Vue 30.
16. Archives dép. de l’Aude. La Bezole (1692-1729). 100NUM/AC39/1E2. Vue 5.
17. Archives dép. de la Haute-Garonne. Roqueserière (1700-1766). Registre paroissial 1 E 1 (collection communale). Vue 138.
18. Siméon Olive et Félix Pasquier. Inventaire historique et généalogique des documents de la branche Lévis-Léran, devenue Lévis-Mirepoix. Volume 3. Pages 613 et 627. Editions Privat. 1903.
19. Louis de la Roque. Armorial de la Noblesse de Languedoc. Généralité de Toulouse, Volume 1. Page 258.

Une pensée sur “Coup d’oeil sur l’ancienne seigneurie de la Bezole, dans l’Aude”

  1. Très bel article, formidablement bien analysé, détaillé et documenté.
    Un grand merci à vous pour nous faire aimer notre histoire.
    Bien cordialement,
    Martine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *