Andromaque et Médée, soeurs lumineuses

Andromaque, je pense à toi,
autrement que faisait, en son temps,
le poète parisien.
Il songeait à la reine,
à l’épouse, à l’amante.
Je songe, moi, à la fière Amazone,
habitée sans le dire
par la rumeur de son enfance libre,
et je songe aussi à la mère éternelle,
dont on a pris l’enfant merveilleux.
D’où vient qu’un jour, on jette un enfant
du haut des murailles,
dans une ville en flammes ?
Médée, je pense à toi,
autrement que faisaient les Anciens :
magicienne en deçà, criminelle au-delà !
La femme est naturelle,
c’est-à-dire abominable
!
Le poète se lâche.
Je songe, moi, à deux soeurs lumineuses,
indifféremment blanches ou noires,
comme on voit sur la piste de danse
ou encore sur l’autre scène,
celle de l’art, quand il joue de la vérité,
vérité de la vie
qui chaque fois trompe l’oeil,
la pensée et le coeur.
Andromaque et Médée, ô soeurs lumineuses !
Femmes, votre spectre est accordéon.
Rivers of Babylone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *