Le repos de la graine. La fête au bord de l’eau

repos_graine1

 

« – Y aurait-il une fête dans cette solitude ? se demanda-t-il… Il lui sembla bientôt que le vent lui portait le son d’une musique perdue. C’était comme un souvenir plein de charme et de regret. » 1Alain-Fournier. Le Grand Meaulnes. Chapitre XI : Le domaine mystérieux.

C’était hier, au lac du Mayrial. Pour une fois que celui-ci était ouvert, j’y ai couru ! Dommage, il faisait gris. Je me suis baladée dans le festival, j’ai fait le tour du lac, puis, m’éloignant au long des jardins, je suis rentrée au Rumat par la rue du Mayrial.

repos_graine2

 

Ci-dessus : vue du clocher de la cathédrale Saint Maurice depuis l’entrée du lac du Mayrial.

repos_graine3

 

Ci-dessus : entrée du festival, organisé par l’association Graine d’espoir. Les baladins étaient là, sous les arbres, au bord de l’eau.

repos_graine4

 

repos_graine5

 

repos_graine6

 

Ci-dessus : plaque de talc dédiée aux enfants, chez le tailleur de pierre.

repos_graine7

 

Ci-dessus : chez le tailleur de pierre, encore.

repos_graine8

 

repos_graine9

 

Ci-dessus : la donaferia.

repos_graine10

 

Ci-dessus : le site du festival, vu depuis l’autre bord du lac. « Il lui sembla bientôt que le vent lui portait le son d’une musique perdue. C’était comme un souvenir plein de charme et de regret. »

161009_mayrial1

 

Ci-dessus : dans un jardin, rue du Mayrial.

161009_mayrial2

 

Ci-dessus : dans un jardin, rue du Mayrial.

161009_mayrial3

 

Ci-dessus : dans un jardin, rue du Mayrial.

161009_mayrial4

 

Ci-dessus : dans un jardin, rue du Mayrial.

161009_mayrial5

 

A l’approche du Rumat et de la flèche de la cathédrale, il lui sembla que le vent lui portait le son d’une musique perdue. C’était comme un souvenir plein de charme et de regret.

References   [ + ]

1. Alain-Fournier. Le Grand Meaulnes. Chapitre XI : Le domaine mystérieux.

Leave a Comment

  • Geneviève at 2 h 37 min

    oh si ! chouette chouette chouette toutes les photos ! et la phrase… la phrase qui revient… la phrase du Grand Meaulnes…
    oh oui !