A propos du chiffre 4, tel que figuré sur un blason à Mirepoix, sous le couvert de la Porte de Laroque

chiffre_quatre

 

Dans Pars vite et reviens tard, un polar de Fred Vargas publié en 2001, le chiffre 4 inversé protège de la peste aujourd’hui encore, conformément à une obscure tradition, les portes des immeubles de Paris sur lesquelles il se trouve peint. L’auteur renvoie à une vaste bibliographie, sérieuse ou fantaisiste, qui sait ?

« — Que s’est-il passé ? Cambriolage ?
— Oh non.
— Violences ?
— Oh non.
— Racontez toujours, ce sera plus facile. On pourra vous orienter.
— Bien sûr, dit Maryse en paniquant légèrement.
Le type attendit patiemment, appuyé au capot d’une voiture, que Maryse se concentre.
— C’est une peinture noire, expliqua-t-elle. Ou plutôt treize peintures, sur toutes les portes de l’immeuble. Elles me font peur. Je suis toujours seule avec les enfants, vous comprenez.
— Des tableaux ?
— Oh non. Des quatre. Des chiffres 4. Des grands 4 noirs, un peu façon ancienne. Je me demandais si ce n’était pas une bande ou quoi. Peut-être que les policiers le savent, peut-être qu’ils peuvent comprendre. Mais peut-être pas. Paul a dit, si tu veux qu’ils se foutent de ta gueule, fonce.
Le type se redressa, lui posa une main sur le bras.
— Venez, lui dit-il. On va noter tout cela et il n’y aura plus rien à craindre.
— Mais, dit Maryse, ce ne serait pas mieux qu’on trouve un flic ?
L’homme la regarda un instant, un peu surpris.
— Je suis flic, répondit-il. Commissaire principal Jean-Baptiste Adamsberg. » 1Fred Vargas, Pars vite et reviens tard, édition Viviane Hamy, 2002.

Tandis que je lisais ce polar bien ficelé, je me suis souvenue du blason au chiffre 4 inversé, qu’on peut voir à Mirepoix, sous le couvert de la Porte de Laroque. Ce blason a suscité nombre de commentaires, de type ésotérique ou compagnonnique. Cf. à ce propos : DESS Réseaux d’information et document électronique. Les marques typographiques d’imprimeurs et de libraires (XVe – XIXe siècle) : 3.1. A propos du chiffre 4 dans les marques ; Les Baladins de la Tradition : Le mystère d’une marque au Quatre de chiffre sous les couverts de Mirepoix ; La dormeuse blogue : A Mirepoix, un écusson sous le couvert de la porte de Laroque.

Concernant le 4 de chiffre, je constate qu’il faut désormais adjoindre à la riche bibliographie existante le Pars vite et reviens tard de Fred Vargas ; d’où considérer que le 4 de chiffre mirapicien aurait pu constituer une sorte de talisman contre la peste qui a sévi en Languedoc, derechef, de 1558 à 1562. Le blason est daté de 1560… On peut toujours ajouter aux hypothèses. C’est gratuit, et voilà qui nourrit l’imagination, en tout cas celle du polar et celle du lecteur du polar…

References   [ + ]

1. Fred Vargas, Pars vite et reviens tard, édition Viviane Hamy, 2002.

Leave a Comment

  • HRumeau at 17 h 03 min

    Le quatre-de-chiffre était aussi autrefois le nom donné à un piège constitué par une pierre maintenue par un assemblage fragile de baguettes ayant la forme du chiffre 4 qui s’écroulait sur le gibier convoité .Le terme et peut-être l’idée a sans doute été emprunté aux artisans.Là je ne pense pas qu’on soit dans l’ésotérie.

  • Noctemensis at 7 h 49 min

    Bonjour,
    Le chiffre 4 renvoie aux 4 cavaliers de l’apocalypse, ce qui pourrait expliquer la valeur symbolique de ce chiffre inversé afin de se protéger de la peste, retourner la situation, vue en ce temps comme une apocalypse (« apocalypse » ne signifiant pas « fin du monde », mais « le lever du voile »).
    Par ailleurs, si le chiffre 4 était renversé et non inversé, il représenterait le signe de croix que les catholiques utilisent souvent.

  • Noctemensis at 7 h 53 min

    Autre petite précision: lorsque l’on arrondit les angles du chiffre 4, on obtient une boucle, donc, un commencement et une fin, un cycle renvoyant aussi à l’apocalypse, début et fin, la fin devenant un nouveau commencement.

    • La dormeuse at 8 h 05 min

      Merci de ces observations.
      Il y a en tout cas, à propos du quatre de chiffre et de la peste, l’excellent polar de Fred Vargas, Pars vite et reviens tard.