A Toulouse. Une halte à l’église Saint Jérôme, ancienne chapelle des Pénitents bleus

saint_jerome1

 

saint_jerome2

 

saint_jerome15

 

saint_jerome6

 

Ci-dessus : située à gauche de la nef centrale, chapelle de Notre Dame du Bon Secours.

saint_jerome7

 

saint_jerome3

 

saint_jerome8

 

saint_jerome9

 

saint_jerome10

 

saint_jerome11

 

saint_jerome13

 

Ci-dessus : chaire de Louis Ajon d’après un dessin de Jacques Pascal Virement.

saint_jerome12

 

saint_jerome14

 

Ci-dessus : Guillaume Lethière, Invention de la Vraie Croix, 1788.

La chapelle toulousaine des Pénitents bleus a été commandée par la confrérie, en 1622, à l’architecte Pierre Levesville (1570-1632). En 1792, après la dissolution de la confrérie, la chapelle se trouve convertie en temple de l’Etre Suprême. Rendue au culte catholique en 1801, elle devient église paroissiale sous le patronage de Saint Jérôme. En 1805, elle fait l’objet d’un important remaniement, conçu et mis en oeuvre par Jacques Pascal Virebent (1746-1831), architecte de la ville de Toulouse. Jean Louis Ajon réalise la chaire sur un dessin de Virebent. C’est également Virebent qui choisit d’installer au-dessus de l’autel le tableau de Guillaume Lethière, Invention de la Vraie Croix.

On entre dans l’église Saint Jérôme par un curieux passage, situé rue du Lieutenant-Colonel Pélissier, au bord de la rue d’Alsace-Lorraine. Ce passage, assez sombre, meublé de facon hétéroclite, circule autour de la nef à la façon d’une coulisse de théâtre. Quelques fidèles entrent à gauche directement dans la chapelle de Notre Dame du Bon Secours pour solliciter quelque grâce. D’autres gagnent la nef, un peu plus loin, et s’y abîment à leur tour dans la prière. Sous les hauts balcons des loges autrefois réservées aux grands dignitaires de la confrérie, l’atmosphère est à la ferveur silencieuse. Un ange passe.

Quelque chose subsiste, dans un tel lieu, du mystère de la foi. Point seulement la foi qui fut jadis celle des très honorables membres de la confrérie des Pénitents bleus, mais la foi qui est aujourd’hui encore celle du passant obscur, celle de l’anonyme dont on ignore les peines.

Leave a Comment

  • Françoise Brown at 7 h 50 min

    Cette splendide église était celle de mes ancêtres venus de Léran.
    Vous en avez parfaitement décrit l’atmosphère.

  • Jacques Gironce at 8 h 57 min

    Magnifiques photos. Magnifique commentaire qui est à lui seul une vraie prière.