Au 17ème Salon du Livre d’Histoire Locale à Mirepoix

 

 

Ci-dessus, de gauche à droite : David Lilienfeld, montrant son livre ; Jean-Christophe Sanchez, au micro.

Honneur aux lauréats de l’année 2011 : David Lilienfeld, prix Joseph Laurent Olive pour La vie quotidienne des juifs en Ariège, 1940-1945, Jean-Christophe Sanchez, prix spécial du jury pour Histoire de l’astronomie dans le midi de la France : observatoires et astronomes du Grand siècle au début du XXe siècle, et… la dormeuse, prix du site Internet pour le blog que vous connaissez !

On notera que les deux livres primés ici sont issus de la recherche universitaire. Avec La vie quotidienne des juifs en Ariège, 1940-1945, la maison d’édition « 100% ariégeoise » Les 3 chaises publie sous un titre inchangé le mémoire de maîtrise de David Lilienfeld. Et avec Histoire de l’astronomie dans le midi de la France : observatoires et astronomes du Grand siècle au début du XXe siècle, la maison Loubatières, basée à Portet-sur-Garonne, publie une version réduite de la thèse de doctorat de Jean-Christophe Sanchez. Relayée par deux maisons d’édition régionales, l’Alma Mater fournit ici la substance de deux livres importants, qui allient, conformément aux règles de l’art, puissance de la documentation et rigueur de la méthodologie. Ce sont là des vertus qui, aujourd’hui comme hier, en matière historique, méritent d’être célébrées, et plus que jamais illustrées et défendues.

 

Ci-dessus, de gauche à droite : Jean-Christophe Sanchez ; David Lilienfeld ; la dormeuse.

Voici la brochette d’heureux. David Lilienfeld remporte aussi, ce jour, la palme du beau sourire !

Sensible à l’honneur qui m’était fait, je me suis laissé aller au plaisir de la fête, j’ai papillonné sous la halle, et pour une fois je ne me suis pas souciée ici de reportage. Je rapporte seulement quelques photos d’ambiance, inspirées par la lumière d’été, le hasard de la chose vue, l’amitié, le plaisir des rencontres. Je me suis amusée ensuite à éclairer ces photos d’un jour subjectif, reflet assumé de mes petites pensées du moment.

 

J’ai ainsi resitué dans l’ombre verte d’une décennie d’écriture Geneviève Mouton, lauréate du prix Lacour pour Manses, escale de la croisade, dans le cadre du salon de l’année 2000. Geneviève Mouton publie cette année le premier volume de Gontran, un croisé pour Jérusalem.

 

J’ai inscrit dans l’éclat versicolore d’un contrejour sur-éclairé la silhouette d’Antoine de Lévis Mirepoix, qui revient au salon pour la troisième année consécutive, avec un nouveau récit intitulé Le crabe et l’aube.

 

J’ai postérisé ici les Dalton de l’Association des Amis des Archives de l’Ariège. Trois générations d’archivistes. Ne sont-ils pas craquants ? Vous aurez reconnu ici Jean-Jacques Pétris, président des Amis des Archives de l’Ariège, Bruno Evans, récent intervenant au 60e congrès de la Fédération historique des Pyrénées, et M. Evans junior, déjà lancé sur la piste des grands Anciens.

 

Voici enfin, de gauche à droite, nimbés d’une fine brume olympienne, Martine Rouche, vice-présidente du SLHLM, Claude Prono, président d’honneur du SLHLM, Max Brunet, président du SLHLM. SLHLM, pour mémoire, c’est l’association Salon du Livre d’Histoire Locale à Mirepoix.

 

J’ai rapporté du salon, outre un beau parchemin mentionnant le prix spécial du jury décerné au blog de la dormeuse, un sac de livres, aussi pesant qu’un sac de pommes de terre. De quoi lire une semaine au moins 🙂

Ce contenu a été publié dans littérature, Midi-Pyrénées, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Au 17ème Salon du Livre d’Histoire Locale à Mirepoix

  1. Martine Rouche dit :

    C’est la plus mal placée pour commenter qui commence ! …
    Tes photos sont superbes, j’adore cette série passée au prisme de tes pensées, de ta sensibilité et de ton humour ! Quel joli compte-rendu!
    Oui, tu peux être fière, le parchemin symbolique qui t’a été remis l’a été on ne peut plus légitimement dans le cadre d’une journée consacrée à l’histoire locale. Le travail de recherche et d’écriture accompli par toi sur l’histoire et le patrimoine du Pays de Mirepoix en à peine quelques années constitue désormais une base de données incontournable, fiable, brillamment rédigée et soutenue par une iconographie recherchée. Donc, oui, ce prix est mérité ! Comme tu le soulignes, les deux autres prix ont été remis à des livres qui correspondent parfaitement aux critères auxquels nous soumettons les livres reçus par le comité de lecture, pour, respectivement le Prix Joseph-Laurent-Olive et le Prix spécial du jury.
    Votre sourire et votre émotion à tous les trois faisaient vraiment plaisir à voir !
    Beau temps, belles rencontres, auteurs et bouquinistes contents, des livres, des livres, des livres, c’était bien, non ?
    Je vais révéler un secret : le cahier portant le titre  » 18e salon – 2 juillet 2012  » est ouvert, et il n’est déjà plus vierge ! Le 17e salon est fini, vive le 18e salon !

  2. Rumeau H dit :

    La plus mal placée pour commenter ayant tout dit , je ne puis que confirmer : c’était très bien et on a envie de revenir .

  3. la rêveuse dit :

    Félicitations pour ce prix plus que mérité ! Votre style alerte, accompagné d’une iconographie toujours choisie avec justesse, rend votre travail de recherche si vivant que, pour quelqu’un qui vit dans les brumes du Nord, on s’y croirait ! L’Ariège est là palpitante, souvent sereine et bucolique, quelquefois agitée par ses malandrins et ses fantômes romantiques mais toujours traversée par votre souci de rendre la réalité avec exactitude. Grâce vous en a été rendu, c’est bien !

Laisser un commentaire