Le jour où le futur Henri II, le prince « galant, bien fait », de La Princesse de Clèves, est passé à Mazerettes

Henri II, ce prince "galant, bien fait et amoureux", qui, dixit Mme de Lafayette dans La Princesse de Clèves, "réussissait admirablement dans tous les exercices du corps", et qui est mort en 1559 lors d’un tournoi de chevalerie à Paris, en l’hôtel des Tournelles 1)Cf. La dormeuse blogue : Il était une fois… La Princesse de Clèves, c’est d’abord ce petit jeune homme que Monseigneur de Lévis, évêque de Mirepoix, reçoit en sa résidence de Mazerettes, par un jour gris de novembre 1533. Avec le petit jeune homme, il y a sa soeur Marguerite, future duchesse de Savoie, ainsi que son oncle et sa tante, Henri II d’Albret et Marguerite de Valois, soeur de François Ier.

C’est, dit-on, de cette même année 1533 que date l’initiation amoureuse du petit jeune homme. Celui-ci la doit à Diane de Poitiers, qu’il a rencontrée et admirée pour la première fois à l’âge de huit ans, alors qu’il était encore otage de Charles Quint.

 

 

A gauche : l’allée et la façade avant de la résidence épiscopale de Mazerettes ; à droite, aspect actuel de l’arrière de la résidence.

 

A-t-il déjà reçu l’adoubement de Diane, lorsqu’en novembre 1533, il se rend à Mazerettes, chez Monseigneur de Lévis ? A-t-il songé à Diane au vu des fresques dont Monseigneur de Lévis venait de faire orner la nef de l’église qui jouxte la résidence épiscopale de Mazerettes ? 

 

 

A gauche : détail des fresques de Mazerettes ; à droite, réalisé dans l’atelier de François Clouet, portrait de Diane de Poitiers vers 1523.

 

Notes   [ + ]

1. Cf. La dormeuse blogue : Il était une fois… La Princesse de Clèves