Les mois de Philippe de Lévis

 

Février, Mars…

 

Ci-dessus, réalisé au XIXe siècle, le relevé de deux des douze miniatures qui illustraient le psautier latin destiné par Philippe de Lévis à l’école épiscopale de Mirepoix. Aujourd’hui conservées au musée des Augustins à Toulouse, mais non exposées, ces douze miniatures ont été sauvées par Jean-Jacques de Vidalat-Tournier, prêtre réfractaire, né et mort à Mirepoix, qui les a transmises à la Société Archéologique du Midi en 1834. Leur réalisation est attribuée à un copiste de Camon, dont la tradition rapporte qu’il s’agissait d’un cordelier manchot.

Jeanne Bayle, dans un bel article intitulé Les livres liturgiques de Philippe de Lévis, évêque de Mirepoix de 1497 à 1537 1)Jeanne Bayle, Les livres liturgiques de Philippe de Lévis, évêque de Mirepoix de 1497 à 1537 insiste sur ce qui fait l’originalité de ces miniatures : "Les mois sont figurés par des scènes de la vie quotidienne urbaine et non par des activités agricoles; ils sont donc très différents de ceux qu’on voit dans les églises romanes ou gothiques et même encore dans les Très riches heures du duc de Berry, où ils étaient en rapport avec la campagne et les occupations des paysans. Ces représentations urbaines des mois trouvent leur origine dans un poème français du XIVe siècle, vulgarisé au XVe. La vie de l’homme y dure soixante-douze ans et chaque mois correspond à une étape de son développement et est accompagné d’une remarque morale".

Jeanne Bayle fournit également une brève description de chacune des douze miniatures…

"À six ans, en janvier, l’homme n’a pas de forces et c’est un enfant qui ne sait que jouer; à douze ans il va à l’école et peut être fouetté (février, voir supra) ; à dix-huit ans, en mars, avec ses compagnons il chasse à l’arbalète dans la forêt qui reverdit (mars, voir supra)…"

 

 

Avril, Mai

 

"Puis viennent en avril les amoureux et les sérénades et en mai les promenades à cheval avec une maîtresse…"

 

 

Juin… Octobre

 

"Mais il ne se marie avec une jeune fille qu’en juin à l’âge de trente-six ans. Il partage ensuite la vie de sa famille, entouré d’un serviteur et d’une servante; il se préoccupe d’assurer les provisions de sa maisonnée en achetant du blé en août et en faisant chasser un vagabond loin de ses tonneaux en septembre ; à soixante ans, les récoltes rentrées, sa vie active terminée, il réunit sa famille autour d’un bon repas (octobre)"

 

 

 

Novembre, Décembre

 

"A soixante-six ans le médecin vient le soigner; à soixante-douze ans, en décembre, la mort survient, symbolisée non par le cadavre mais par la dernière communion reçue en présence de toute la famille comme dans la réalité". 

Les miniatures comportent au dos la représentation des signes du zodiaque. Inspirées de motifs typiques, souvent repris dans les livres d’heures et les calendriers du temps, elles reproduisent, note Jeanne Bayle, "la coiffure à l’italienne des femmes mariées qui était à la mode sous Louis XII", ainsi que les architectures, "qui ne montrent aucune influence de la Renaissance". Mais elles se distinguent par la richesse du décor, dans lequel "quelques rares détails font allusion au nouveau style, tels les grotesques des cadres, le médaillon peu lisible de la maison du bourgeois en août ou le pied de la table du mois de novembre". 

Je n’ai pu reproduire le relevé des miniatures des mois de janvier, juillet, août, septembre, car je dispose d’une trop mauvause copie de ce relevé. Il est regrettable et même incompréhensible que la ville de Mirepoix ne dispose pas d’un fac-similé de ces miniatures, qui font partie du patrimoine de cette ville, qui constituent un véritable trésor, et dont on se demande comment il se fait qu’elles n’aient pas encore été portées à la connaissance du public.  

 

Notes   [ + ]

1 réflexion sur « Les mois de Philippe de Lévis »

  1. Martine Rouche

    1. Quand neige tombera moins, je t’apporterai mon propre relevé des mois qui te font défaut, de façon que tu puisses compléter ton post.

    2. Je suis dans les derniers jours de septembre, le temps béni d’octobre arrive enfin !!Rendez-vous à table, les Mirepoises !

    3. Je n’ai pas de réponse à ta dernière question, hélas …

Les commentaires sont fermés.