A Foix – Concert de Noël à l’église Saint Volusien avec l’ensemble Organicanto

Par temps de neige annoncée, l'association des Amis des Orgues de Saint Volusien accueillait ce dimanche à Foix, dans l'église du même nom, l'ensemble Organicanto pour un concert de Noël. Superbement restaurée, magnifiée par le dépouillement de son appareil de pierre, dont le rouge approche celui des marbres de Caunes-Minervois, la vénérable abbatiale constitue un lieu de paix et de sérénité, propice à l'écoute, à la résonance, à la communion des âmes. Installés sous la petite tiédeur des lustres chauffants, nous avons partagé ce dimanche un moment de pure grâce musicale, avec Christiane Van Gorp, organiste de l'abbatiale, Muriel Batbie Castell, soprano, et Lidwina Rouméguère, flûtiste.   

 

 

Christiane Van Gorp ouvre le concert au grand orgue de tribune, avec la Toccata sur un hymne à Marie du compositeur belge Flors Peeters. Créé en 1868 par le facteur Joseph Arnaud Fermis, natif d'Auterive, cet orgue est doté d'un système de transmission à la fois mécanique et pneumatique tubulaire, rarement mis en oeuvre en France, rarement conservé en l'état. Il constitue à ce titre un instrument exceptionnel, classé en 1997, restauré entre 2002 et 2007 1)Cf. Eglise abbatiale Saint Volusien – 1868 Fermis.   

Empruntant tour à tour au chant médiéval, aux grands et petits maîtres de l'âge baroque – Antonio Tarsia, J.S. Bach, Haendel, Claude Balbastre -, aux grands coloristes de l'école française – César Franck, Léo Delibes, Claude Debussy -, Christiane Van Gorp, Muriel Batbie Castelle alternent pièces concertantes et solos, dans le cadre d'un voyage à travers le temps musical, qui est aussi un voyage au pays de la crèche, des bergers, des prairies de l'âme.

Trois pièces présentent, pour des raisons diverses, un caractère insolite. L'Ave Maria dit "de Caccini" est en réalité de Vladimir Vavilov (1925-1973), musicien russe, spécialiste des pastiches de l'âge baroque.

 

 

La Sicilienne de Maria Theresa von Paradies est l'oeuvre de l'une des rares compositrices dont les siècles passés aient daigné retenir le nom. Egalement pianiste, chanteuse, contemporaine et amie de Mozart, Maria Theresa von Paradies était aveugle. Poésie du patronyme et cécité obligent, la mélodie se déploie chez elle à la façon d'un fil de soie qui ourlerait quelque part la lisière des mondes invisibles. L'interprétation, simple et pure, de Ludwina Rouméguère à la flûte et de Christiane Van Gorp à l'orgue de choeur est d'une rare beauté.

 

Les deux Noëls de Pierre Froidebise (1914-1962) font sonner, sous les doigts inspirés de Christiane Van Gorp, la couleur wallonne des hivers, dont le frisson traverse le patronyme du compositeur, si superbement boréal.  

 

Réunies, entre autres, dans l'Aria Wir eilen mit schwachen, doch emsigen Schritten de la cantate BWV 78 de J.S. Bach, Christiane Van Gorp, Lidwina Rouméguère et Muriel Batbie Castell interprètent cette pièce très célèbre de façon modeste et fraîche à l'instar des vieilles chansons d'autrefois. Adoucissant la rythmique étincelante du canon, la fluidité fait ressortir ici l'humble piété de ceux qui mettent leur confiance en Jésus.     

Wir mit schwachen, doch emsigen Schritten, o Jesu, o Meister, zu helfen zu dir ! Du suchest die Kranken und Irrenden treulich. Ach höre, wie wir die Stimmen erheben, um Hilfe zu bitten ! Es sei uns dein gnädiges Anlitz erfreulich !

De nos pas faibles et empressés, nous accourons vers toi, ô Jésus, ô maître, pour recevoir ton aide. Tu accordes fidèlement tes soins aux malades, aux égarés. Ah, entends comme nos voix s’élèvent pour implorer ton secours ! Puisse la vue de ta face où rayonne la grâce nous dispenser la joie !  

 

 

Muriel Batbie Castell, que j'avais déjà entendue dans un Hommage à Haendel en l'église du Saint Sacrement à Laroque d'Olmes, est bouleversante d'humanité dans les mélodies de César Franck, Léo Delibes et Claude Debussy. Frêle silhouette, vêtue dimanche d'une robe couleur du temps, pailletée de quelques grains de lumière, elle chante a cappella l'air des Clochettes de Lakmé d'une façon si mystérieusement intériorisée qu'on a le sentiment d'approcher le secret d'une âme. D'abord invisible, la voix semble surgir de nulle part sous la voûte. Puis la chanteuse paraît, grave, recueillie, et le chant qu'elle porte fait dans l'ombre comme la flamme d'une chandelle. Elle passe sans bruit, messagère d'une parole lointaine, pourtant si proche, poignante en sa fragile incarnation. Puis la chanteuse disparaît, et la voix seule survit, avant de s'éteindre à son tour, et soudain il fait nuit. Depuis ce jour au fond des bois, le voyageur entend parfois…

 

Voix bouleversante, jeu sans rien qui pèse ou qui pose, présence mystérieuse, toute de grâce et de retenue, c'est là le grand art de Muriel Batbie Castell, celui de l'ensemble Organicanto, celui des trois musiciennes réunies ce dimanche.  

Lié à l'espace, dont il éveille tour à tour l'allée centrale, le chevet, les coins d'ombre, cet art fait valoir l'âme vive du lieu. A la fin du concert, revenues au centre de la nef, les trois musiciennes invitent le public à reprendre avec elles des cantiques de Noël.

Gloria in excelsis Deo et in terra pax hominibus bonae voluntatis… Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté… C'est le chant des saints anges à Bethléem. C'était ce dimanche la couleur du chant terrestre aussi. 

 

 

Avant de repartir dans la nuit de l'hiver, de façon bienvenue, nous avons partagé le vin chaud préparé en guise de viatique par l'association des Amis des Orgues de Saint Volusien. Dehors, quelques flocons voletaient dans l'air. Merci à l'association, pour le très beau concert de Noël, et pour le viatique.  

 

 

Ci-dessus : La Cène, bas-relief figuré au pied d'un autel installé dans l'une des chapelles latérales de l'église Saint-Volusien.

 

A lire aussi :

Hommage à Haendel – Orgue en Pays d'Olmes
Noël à l'église de Laroque d'Olmes

Notes   [ + ]

2 réflexions sur « A Foix – Concert de Noël à l’église Saint Volusien avec l’ensemble Organicanto »

  1. Martine Rouche

    As-tu vu ? Il neige sur ton blog ….
    Reste bien au chaud en attendant  un petit rayon de soleil timide …

Les commentaires sont fermés.