Face à l'Ouest

Rédigé par Belcikowski Aucun commentaire
Classé dans : Poésie Mots clés : aucun

Tu t’éloignes de ton passé
comme d’une étoile morte.
Devenue naine blanche,
ton enfance sera bientôt noire.
La lumière s’éteint à l’ouest
tandis qu’à l’est il fait nuit déjà.
C’est ainsi que tu perds peu à peu
de ton âme vive.
Denis Arkadievitch Kaufman,
le cinéaste russe,
s'est choisi un jour
le nom de Dziga Vertov
Дзи́га Ве́ртов,
la toupie tournoie.
En polonais,
bączek wirował.
Le ciel tourne
les heures tournent
Les jours, les mois, les années tournent,
la vie tourne,
la mémoire tourne,
les souvenirs s'estompent,
puis s'effacent,
comme les photos issues naguère
du miracle du développement instantané.
Polaroid, mon désarroi,
penchées à la balustrade,
les ombres de ceux que j'ai aimés
blêmissent,
puis rien,
plus de parc, plus de balustrade, plus d'ombres, plus rien.
Tout meurt, le jour est sans flambeau 1,
dit la pauvre Didon dans son héroïde à Énée.
Le jardin donne à l'ouest.
Sous les arbres
dont les pluies ont nourri
la poussée sans pensée,
il fait sombre
sombre.
Face à l'Ouest
sans images
sans passé.


  1. Nicolas Joseph Laurent Gilbert (1751-1780), Œuvres complètes de Gilbert, Héroïde I, Paris, Chez Dalibon, 1823, p. 138.↩︎

Écrire un commentaire

Quelle est le deuxième caractère du mot s0ri139t ?

Fil RSS des commentaires de cet article