L'autan souffle sur l'eau

Rédigé par Belcikowski 2 commentaires
Classé dans : Poésie Mots clés : aucun

Pour les gens de mon âge, les lieux qu’ils ont aimés, auxquels ils ont appartenu, n’existent plus. Aussi, pour des gens comme moi, la seule possibilité de vie se trouve ici et maintenant, car tout avenir nous est incertain, toute idée du futur floue et aléatoire, tel un mirage que le moindre souffle d’air peut détruire.

Olga Tokarczuk, Sur les ossements des morts, 2010, Libretto, 2019, p. 174.

Nœuds et non-nœuds
l’autan souffle sur l’eau
les bateaux peinent à la manœuvre
entends le breakbeat de la drum bass qui cogne là-bas
dans une voiture garée sur l’autre rive
portières grandes ouvertes
quo eunt ceux qui ne savent pas où ils vont ?
quo eo, moi aussi, qui ne sais davantage
où je vais.
Ailleurs est ma maison.
Ici sur le port je traîne à la terrasse
d’un café de hasard
le vent brouille les voix
un nuage passe.
Je n’ai pas de maison
autre que celle de l’enfance
j’y suis retournée une fois
en rêve.
Nuit sans lune, village endormi,
chiens muets,
j’ai la clé,
j’entre dans la maison fermée depuis l’été
j’allume,
mon père, mort, est assis sur une chaise
au milieu de la cuisine,
un vieux roi.
— Tu es venue ?
Il ne faut pas rester.
C’est tout ce qu’il a dit,
que j’ai entendu,
mais sa voix n’avait pas de son.
Et ce rêve n'a pas de fin.

2 commentaires

#1  - Silberman a dit :

La vraie poésie, comme la vôtre, est la pour nous bercer ou nous secouer, échapper un moment à notre condition pesante, et garder quelques étincelles …

Répondre
#2  - Jean Biret-Chaussat a dit :

Toujours aussi agréable à lire.
Et puisque vous citez l’excellente Olga Tokarczuk, puis-je vous recommander un livre jeunesse écrit par elle ? Monsieur Remarquable est un conte à mettre entre toutes les mains pourvu qu’elles sachent tourner les pages. Mais peut-être le connaissiez-vous ?

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est le deuxième caractère du mot qw6kjs ?

Fil RSS des commentaires de cet article