XVe siècle. Ordonnance relative au poids et au prix du pain à Mirepoix

Rédigé par Belcikowski Aucun commentaire
Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

La surface du pain est merveilleuse d'abord à cause de cette impression quasi panoramique qu'elle donne : comme si l'on avait à sa disposition sous la main les Alpes, le Taurus ou la Cordillère des Andes. 1

pain_miche.jpg

Ibn Butlân, Tacuinus sanitatis, de sex rebus quae sunt necessariae cuilibet homini ad cotidianam conservationem sanitatis suae, Pain blanc, détail, Rhénanie, XVe siècle, BnF, Ms Latin 9333, folio 61r.

* * *

*

Rédigée en vieil occitan, l'ordonnance traduite ci-dessous ne porte pas de date, mais Félix Pasquier, dans la transcription qu'il en donne, indique que l'écriture de l'ordonnance en question « est du XVe siècle ». Cette ordonnance nous apprend qu'au XVe siècle, à Mirepoix, le prix du pain est fixé à 1 denier toulousain, ou dinier tolsa. À la différence du denier parisis, frappé à Paris, et du denier tournois, frappé à Tours, le denier tolsa, comme son nom l'indique, est issu des ateliers monétaires de Toulouse, développés à partir du Xe siècle, maintenus par les comtes raimondins, puis avalisés au XIIIe siècle par Saint Louis et confirmés par Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis. Le denier tolsa est au demeurant d'une valeur inférieure à celle de ses homonymes parisis et tournois.

L'ordonnance traduite ci-dessous vise à établir et à fixer le poids de pain qu'on peut obtenir au XVe siècle, à Mirepoix, pour 1 denier tolsa.

La lecture de cette ordonnance montre que le poids de pain ainsi obtenu varie en fonction du prix du setier de froment (sestier del froment), autrement dit en fonction du cours du blé. La même lecture montre également que le prix du setier de froment peut varier de 3 sols tolsas à 12 sols tolsas, autrement dit qu'il peut souffrir une variation de 400% !

On voit que cette variation du prix du setier de froment entraîne une diminution très importante du poids de pain obtenu pour 1 denier, puisque, au fur et à mesure que le prix du setier de froment augmente, le poids de pain obtenu pour 1 denier dégringole, passant d'un peu moins de 5 livres à un peu moins d'une demi-livre in fine ! Il faut alors à la famille nombreuse dépenser plus de 5 deniers tolsas, soit plus de cinq fois plus, pour obtenir environ 5 livres de pain !

Concernant ces valeurs médiévales, aujourd'hui oubliées, on peut consulter la page Anciennes mesures, sur l'excellent site de Robert Faure, intitulé Du côté de Tréziers. Voici les valeurs qui nous intéressent ici :

● 1 setier de Mirepoix : 92,63 litres.
● 1 livre de Mirepoix : 398,36 grammes.
● 1 once de Mirepoix : 24,89 g, ou 1/16 de livre.

Quand le prix du setier de froment est au plus bas, pour 1 denier, on peut donc obtenir 1892,21 gr, soit presque deux kilos de pain.

Quand le prix du setier de froment est au plus haut, pour 1 denier, on ne peut donc plus obtenir que 348,56 gr, soit moins d'une demi-livre moderne de pain !

À noter que dans le même temps, à la suite de la guerre de Cent Ans et autres maux qui persistent, Charles VII, puis Louis XI ne cessent d'augmenter les impôts et les taxes, l'imposition étant multipliée par trois sous le règne de Louis XI !

boulangere.jpg

Ibn Butlân, Tacuinus sanitatis, de sex rebus quae sunt necessariae cuilibet homini ad cotidianam conservationem sanitatis suae, Boulanger, détail, Rhénanie, XVe siècle, BnF, Ms Latin 9333, folio f. 61v.

* * *

*

Suit l'ordonnance du poids du pain :

● Premièrement, quand le setier de froment fait 3 sols tolsas, le pain de 1 denier tolsa pèse 5 livres moins un quart (carto).

● De même, quand le setier fait 4 sols tolsas, le pain de 1 denier tolsa pèse trois livres et demie, et moitié d'un quart.

● De même, quand le setier fait 5 sols tolsas, le pain de 1 denier pèse 3 livres moins un quart.

● De même, quand le setier fait 6 sols tolsas, le pain de 1 denier pèse 2 livres un quart.

● De même, quand le setier fait 7 sols tolsas, le pain de 1 denier tolsa pèse 2 livres et moitié d'once.

● De même, quand le setier fait 8 sols tolsas, le pain de 1 denier tolsa pèse 1 livre et demie et trois onces.

● De même, quand le setier fait 9 sols tolsas, le pain de 1 denier tolsa pèse 1 livre et moitié d'once.

● De même, quand le setier fait 10 sols tolsas, le pain de 1 denier tolsa pèse 5 quarts et demi.

● De même, quand le setier fait 11 sols tolsas, le pain de 1 denier tolsa pèse une livre et trois onces et demie.

● De même, quand le setier fait 12 sols tolsas, le pain de 1 denier tolsa pèse une livre et moitié d'un quart. 2

* * *

*

Mais brisons-la : car le pain doit être dans notre bouche moins objet de respect que de consommation. 3

pains_multiplication.jpg

Bible historiée toute figurée, Nouveau Testament, Évangile de Jean, Multiplication des pains, détail, BnF, Ms Français 9561, f. 157r.


  1. Francis Ponge, « Le pain », in Le parti-pris des choses, 1942.↩︎

  2. Félix Pasquier, Cartulaire de Mirepoix, tome 2, Toulouse, Imprimerie et Librairie Édouard Privat, 1921, p. 218. Traduction Christine Belcikowski.↩︎

  3. Francis Ponge, « Le pain », in Le parti-pris des choses, 1942.↩︎

Écrire un commentaire

Quelle est le dernier caractère du mot ly4bzrc ?

Fil RSS des commentaires de cet article