Scène du bord de la rivière

Rédigé par Christine Belcikowski 1 commentaire
Classé dans : Poésie Mots clés : aucun

Les petits cris des femmes lorsqu’elles entrent dans l’eau
sont aigus à ravir,
ils ressemblent à ceux des souris mignotées par la patte du chat.
les hommes, eux, ne crient pas,
ils sont forts, ils se jettent,
sans quitter lunettes ni barbe,
et ils nagent à grands coups de bras
il y a du muscle !
Et tous, pareillement, le courant les emporte,
il faut se cramponner aux pierres qui peuplent le lit de la rivière,
pour s'arracher à la force de la vérité en marche.
Elle court, elle court,
elle va plus vite qu'eux tous,
qui se cramponnent aux pierres d'attente.
Pierre d'attente aussi, le couchant
qui les incline, dans son or,
au retour à pas lents,
à la table du soir,
au sommeil délicieux,
à l'échappée des rêves.
La rivière cependant continue de courir.

1 commentaire

#1  - Silberman a dit :

Au bord de la Cèze, le tableau est juste, et les soirs emportés par le courant, tout comme…

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est le septième caractère du mot 3b0vkhl2 ?

Fil RSS des commentaires de cet article