Le 9 Thermidor vu par Alfred de Vigny en 1832 dans Stello ou les Diables bleus

Rédigé par Christine Belcikowski Aucun commentaire
Classé dans : Histoire, Poésie Mots clés : aucun

Dans Les consultations du Docteur Noir. Première consultation, Stello ou les Diables bleus, roman publié par Alfred de Vigny (1797-1863) en 1832, le Docteur Noir raconte successivement à Stello , double possible de Vigny, trois histoires, dont la dernière et la principale s'intitule « Une histoire de la Terreur » (1). « Quel est ce Docteur noir ? je ne le sais guère », dit l'auteur (2). S'agit-il du Diable ?

Dans « Une histoire de la Terreur », le Docteur Noir rapporte à l'intention de Stello comment, s'étant rendu chez Robespierre à la demande du vieux Louis de Chénier, il a tenté d'obtenir la libération du fils aîné de ce vieux Monsieur, le poète André Chénier, alors enfermé à la prison Saint-Lazare ; et comment, présent à cet entretien, le dramaturge Marie Joseph Chénier, fils cadet du même vieux Monsieur, a non seulement ruiné la tentative de sauvetage de son frère aîné, mais attiré sur lui la foudre de Robespierre pour avoir défendu la supériorité de la Poésie sur la Vertu. André Chénier est guillotiné le 7 thermidor an II (25 juillet 1794). Afin de sauver Marie Joseph Chénier de la guillotine qui le menace lui aussi, le Docteur Noir le cache dans sa maison, où réside également Blaireau, qui est son domestique le soir, et qui, quoique retraité pour cause de blessure dans l'armée de l'Ancien Régime, a repris son service de cannonier le jour.

« Quatre-vingt-quatorze sonnait à l'horloge du dix-huitième siècle, quatre-vingt-quatorze, dont chaque minute fut sanglante et enflammée» (3). Au chapitre XXXVI d'« Une histoire de la Terreur », initulé « Un tour de roue », le Docteur Noir se rémémore les journées du 8 et du 9 Thermidor. Alfred de Vigny a puisé sa documentation dans les archives et mémoires du temps (4).

« Le jour, 8 thermidor, se leva bientôt, très brillant. Ce fut un bien long jour que celui-là. Je vis du dehors le combat intérieur du grand corps de la République. Au Palais-National, contre l'ordinaire, le silence était sur la place et le bruit dans le château. Le peuple attendit encore son arrêt tout le jour, mais vainement. Les partis se formaient. La Commune enrôlait des Sections entières de la garde nationale. Les Jacobins étaient ardents à pérorer dans les groupes.

robespierre_8juillet.jpg

Robespierre à la Convention le 8 thermidor an II, gravure d'Auguste Dutillois d'après un dessin d'Auguste Raffet (Paris, 1804-1860, Gênes), Musée Carnavalet.

On portait des armes ; on les entendait essayer par des explosions inquiétantes. La nuit revint, et l'on apprit seulement que Robespierre était plus fort que jamais, et qu'il avait frappé d'un discours puissant ses ennemis de la Convention. Quoi ! il ne tomberait pas ! quoi! il vivrait, il tuerait, il régnerait ! Qui aurait eu, cette autre nuit, un toit, un lit, un sommeil ? Personne autour de moi ne s'en souvint, et moi je ne quittai pas la place. J'y vécus, j'y pris racine.

Il arriva enfin le second jour, le jour de crise, et mes yeux fatigués le saluèrent de loin. La Dispute foudroyante hurla tout le jour encore dans le palais qu'elle faisait trembler. Quand un cri, quand un mot s'envolait au dehors, il bouleversait Paris, et tout changeait de face. Les dés étaient jetés sur le tapis, et les têtes aussi. Quelquefois un des pâles joueurs venait respirer et s'essuyer le front à une fenêtre ; alors le peuple lui demandait avec anxiété qui avait gagné la partie où il était joué lui-même.

9_10_thermidor.jpg

Jean Joseph Weerts (1846-1927), Saint-Just et Robespierre à l'Hôtel de ville de Paris dans la nuit du 9 au 10 thermidor an II (27 au 28 juillet 1794). Saint-Just et les membres du comité d’exécution supplient Robespierre d'apposer sa signature au bas de l'appel à l'insurrection adressé à la section parisienne des Piques. « Au nom de qui ? » dit Robespierre, hésitant. « Au nom de la Convention, elle est partout où nous sommes ! », répond Saint-Just.

Tout à coup on apprend, avec la fin du jour et de la séance, on apprend qu'un cri étrange, inattendu, imprévu, inouï, a été jeté : À bas le tyran ! et que Robespierre est en prison. La guerre commence aussitôt. Chacun court à son poste. Les tambours roulent, les armes brillent, les cris s'élèvent. L'Hôtel de Ville gémit avec son tocsin, et semble appeler son maître. Les Tuileries se hérissent de fer, Robespierre reconquis règne en son palais, l'Assemblée dans le sien. Toute la nuit, la Commune et la Convention appellent à leur secours, et mutuellement s'excommunient.

Le peuple était flottant entre ces deux puissances. Les citoyens erraient par les rues, s'appelant, s'interrogeant, se trompant et craignant de se perdre eux-mêmes et la nation ; beaucoup demeuraient en place et, frappant le pavé de la crosse de leurs fusils, s'y appuyaient le menton en attendant le jour et la vérité.

Il était minuit. J'étais sur la place du Carrousel, lorsque dix pièces de canon y arrivèrent. A la lueur des mèches allumées et de quelques torches, je vis que les officiers plaçaient leurs pièces avec indifférence sur la place, comme en un parc d'artillerie, les unes braquées contre le Louvre, les autres vers la rivière. Ils n'avaient, dans les ordres qu'ils donnaient, aucune intention décidée. Ils s'arrêtèrent et descendirent de cheval, ne sachant guère à la disposition de qui ils venaient se mettre. Les canonniers se couchèrent à terre. Comme je m'approchais d'eux, j'en remarquai un, le plus fatigué peut-être, mais à coup sûr le plus grand de tous, qui s'était établi commodément sur l'affût de sa pièce et commençait à ronfler déjà. Je le secouai par le bras : c'était mon paisible canonnier, c'était Blaireau.

Il se gratta la tête un moment avec un peu d'embarras, me regarda sous le nez, puis, me reconnaissant, se releva de toute son étendue assez languissamment. Ses camarades, habitués à le vénérer comme chef de pièce, vinrent pour l'aider à quelque manoeuvre. Il allongea un peu ses bras et ses jambes pour se dégourdir, et leur dit :

"Oh! restez, restez ; allez, ce n'est rien : c'est le citoyen que voilà qui vient boire un peu la goutte avec moi. Hein !"

Les camarades recouchés ou éloignés :

"Eh bien, dis-je, mon grand Blaireau, qu'est-ce donc qui arrive aujourd'hui ?"

Il prit la mèche de son canon et s'amusa à y allumer sa pipe.

"Oh ! c'est pas grand'chose, me dit-il.

— Diable !" dis-je.

Il huma sa pipe avec bruit et la mit en train.

"Oh ! mon Dieu ! mon Dieu, mon Dieu, non ! pas la peine de faire attention à ça !"

Il tourna la tête par-dessus ses hautes épaules pour regarder d'un air de mépris le palais national des Tuileries, avec toutes ses fenêtres éclairées.

"C'est, me dit-il, un tas d'avocats qui se chamaillent là-bas ! Et c'est tout.

— Ah ! ça ne te fait pas d'autre effet, à toi ? lui dis-je, en prenant un ton cavalier et voulant lui frapper sur l'épaule, mais n'y arrivant pas.

— Pas davantage", me dit Blaireau avec un air de supériorité incontestable.

Je m'assis sur son affût, et je rentrai en moi-même. J'avais honte de mon peu de philosophie à côté de lui.

Cependant j'avais peine à ne pas faire attention à ce que je voyais. Le Carrousel se chargeait de bataillons qui venaient se serrer en masse devant les Tuileries, et se reconnaissaient avec précaution. C'étaient la section de la Montagne, celle de Guillaume-Tell, celles des Gardes-françaises et de la Fontaine-Grenelle qui se rangeaient autour de la Convention. Était-ce pour la cerner ou la défendre ?

Comme je me faisais cette question, des chevaux accoururent. Ils enflammaient le pavé de leurs pieds. Ils vinrent droit aux canonniers.

henriot.jpg

Croquis du général François Henriot (Nanterre, 1759-28 juillet 1794, guillotiné), commandant de la Garde nationale, taxé d'ivrognerie sur la fin. Sanguine de Georges François Marie Gabriel (1775–1846.). Musée Carnavalet.

Un gros homme, qu'on distinguait mal à la lueur des torches, et qui beuglait d'une étrange façon, devançait tous les autres. Il brandissait un grand sabre courbe, et criait de loin :

"Citoyens canonniers, à vos pièces ! Je suis le général Henriot. Criez : Vive Robespierre ! mes enfants. Les traîtres sont là ! enfants. Brûlez-leur un peu la moustache ! Hein! faudra voir s'ils feront aller les bons enfants comme ils voudront. Hein ! c'est que je suis là, moi. Hein ! vous me connaissez bien, mes fils, pas vrai ?"

Pas un mot de réponse. Il chancelait sur son cheval, et, se renversant en arrière, soutenait son gros corps sur les rênes et faisait cabrer le pauvre animal, qui n'en pouvait plus.

"Eh bien, où sont donc les officiers ici ? mille dieux ! continuait-il. Vive la nation! Dieu de Dieu ! et Robespierre ! les amis ! Allons ! nous sommes des Sans-Culottes et des bons garçons, qui ne nous mouchons pas du pied, n'est-ce pas ? Vous me connaissez bien ? Hein ! vous savez, canonniers, que je n'ai pas froid aux yeux, moi ! Tournez-moi vos pièces sur cette baraque, où sont tous les filous et les gredins de la Convention."

Un officier s'approcha et lui dit : "Salut ! Va te coucher. Je n'en suis pas. Ni vu ni connu, tu m'ennuies."

Un second dit au premier :

"Mais dis donc, toi, on ne sait pas au fait s'il n'est pas général, ce vieil ivrogne ?

— Ah bah ! qu'est-ce que ça me fait ?" dit le premier. Et il s'assit.

Henriot écumait. "Je te fendrai le crâne comme un melon, si tu n'obéis pas, mille tonnerres !

— Oh! pas de ça, Lisette ! reprit l'officier en lui montrant le bout d'un écouvillon. Tiens-toi tranquille, s'il vous plaît, citoyen."

Les espèces d'aides de camp qui suivaient Henriot s'efforçaient inutilement d'enlever les officiers et de les décider : ils les écoutaient beaucoup moins encore que leur gros buveur de général.

Le vin, le sang, la colère, étranglaient l'ignoble Henriot. Il criait, il jurait Dieu, il maugréait, il hurlait ; il se frappait la poitrine ; il descendait de cheval et se jetait par terre ; il remontait et perdait son chapeau à grandes plumes. Il courait de la droite à la gauche et embarrassait les pieds du cheval dans les affûts. Les canonniers le regardaient sans se déranger, et riaient. Les citoyens armés venaient le regarder avec des chandelles et des torches, et riaient.

Henriot recevait de grossières injures et rendait des imprécations de cabaretier saoul.

"Oh ! le gros sanglier, sanglier sans défense. Oh ! oh ! qu'est-ce qu'il nous veut, le porc empanaché ?"

Il criait : "À moi les bons Sans-Culottes ! à moi les solides à trois poils ! que j'extermine toute cette enragée canaille de Tallien ! Fendons la gorge à Boissy-d'Anglas ; éventrons Collot-d'Herbois ; coupons le sifflet à Merlin-Thionville ; faisons un hachis de conventionnels sur le Billaud-Varennes, mes enfants !

— Allons ! dit l'adjudant-major des canonniers, commence par faire demi-tour, vieux fou. En v'là assez. C'est assez d'parade comm'ça. Tu ne passeras pas."

En même temps il donna un coup de pommeau de sabre dans le nez du cheval d'Henriot. Le pauvre animal se mit à courir dans la place du Carrousel, emportant son gros maître, dont le sabre et le chapeau traînaient à terre, renversant sur son chemin des soldats pris par le dos, des femmes qui étaient venues accompagner les Sections, et de pauvres petits garçons accourus pour regarder, comme tout le monde.

L'ivrogne revint encore à la charge, et, avec un peu plus de bon sens (le froid sur la tête et le galop l'avaient un peu dégrisé), dit à un autre officier :

"Songe bien, citoyen, que l'ordre de faire feu sur la Convention, c'est de la Commune que je te l'apporte, et de la part de Robespierre, Saint-Just et Couthon. J'ai le commandement de toute la garnison. Tu entends, citoyen ?"

L'officier ôta son chapeau. Mais il répondit avec un sang-froid parfait :

"Donne-moi un ordre par écrit, citoyen. Crois-tu que je serai assez bête pour faire feu sans preuve d'ordre ? Oui ! pas mal ! Je ne suis pas au service d'hier, va ! pour me faire guillotiner demain. Donne-moi un ordre signé, et je brûle le Palais-National et la Convention comme un paquet d'allumettes."

Là-dessus, il retroussa sa moustache et tourna le dos.

"Autrement, ajouta-t-il, ordonne le feu toi-même aux artilleurs, et je ne soufflerai pas."

Henriot le prit au mot. Il vint droit à Blaireau.

"Canonnier, je te connais."

Blaireau ouvrit de grands yeux hébétés et dit :

"Tiens ! il me connaît !

— Je t'ordonne de tourner la pièce sur le mur là-bas, et de faire feu."

Blaireau bâilla. Puis il se mit à l'ouvrage, et d'un tour de bras la pièce fut braquée. Il ploya ses grands genoux, et en pointeur expérimenté ajusta le canon, mettant en ligne les deux points de mire vis-à-vis la plus grande fenêtre allumée du château.

Henriot triomphait.

Blaireau se redressa de toute sa hauteur, et dit à ses quatre camarades, qui se tenaient à leur poste pour servir la pièce, deux à droite, deux à gauche :

"Ce n'est pas tout à fait ça, mes petits amis. Un petit tour de roue encore !"

Moi, je regardai cette roue du canon qui tournait en avant, puis retournait en arrière, et je crus voir la roue mythologique de la Fortune. Oui, c'était elle... C'était elle-même, réalisée, en vérité.

À cette roue était suspendu le destin du monde. Si elle allait en avant et pointait la pièce, Robespierre était vainqueur. En ce moment même les Conventionnels avaient appris l'arrivée d'Henriot ; en ce moment même, ils s'asseyaient pour mourir sur leurs chaises curules. Le peuple des tribunes s'était enfui et le racontait autour de nous. Si le canon faisait feu, l'Assemblée se séparait, et les Sections réunies passaient au joug de la Commune. La Terreur s'affermissait, puis s'adoucissait, puis restait..., restait un Richard III, ou un Cromwell, ou après un Octave... Qui sait ?

Je ne respirais pas, je regardais, je ne voulais rien dire.

Si j'avais dit un mot à Blaireau, si j'avais mis un grain de sable, le souffle d'un geste sous la roue, je l'aurais fait reculer. Mais non, je n'osai le faire, je voulus voir ce que le destin seul enfanterait.

Il y avait un petit trottoir usé devant la pièce ; les quatre servants ne pouvaient y poser également les roues, qui glissaient toujours en arrière.

Blaireau recula et se croisa les bras en artiste découragé et mécontent. Il fit la moue.

Il se tourna vers un officier d'artillerie :

"Lieutenant ! c'est trop jeune tout ça ! C'est trop jeune, ces servants-là, ça ne sait pas manier sa pièce. Tant que vous me donnerez ça, il n'y a pas moyen d'aller ! N'y a pas de plaisir !"

Le lieutenant répondit avec humeur :

"Je ne te dis pas de faire feu, moi, je ne dis rien.

— Ah bien ! c'est différent, dit Blaireau en bâillant. Ah ! bien, moi non plus, je ne suis plus du jeu. Bonsoir."

En même temps il donna un coup de pied à sa pièce, la fit rouler en travers et se coucha dessus.

Henriot tira son sabre, qu'on lui avait ramassé.

"Feras-tu feu ?" dit-il.

Blaireau fumait, et, tenant à la main sa mèche éteinte, répondit :

"Ma chandelle est morte ! va te coucher !

Henriot, suffoqué de rage, lui donna un coup de sabre à fendre un mur ; mais c'était un revers d'ivrogne, si mal appliqué, qu'il ne fit qu'effleurer la manche de l'habit et à peine la peau, à ce que je jugeai.

C'en fut assez pour décider l'affaire contre Henriot. Les canonniers furieux firent pleuvoir sur son cheval une grêle de coups de poing, de pied, d'écouvillon ; et le malencontreux général, couvert de boue, ballotté par son coursier comme un sac de blé sur un âne, fut emporté vers le Louvre, pour arriver, comme vous savez, à l'Hôtel de Ville, où Coffinhal le Jacobin le jeta par la fenêtre sur un tas de fumier, son lit naturel.

arrestation_robespierre.jpg

Arrestation de Robespierre, Michael Sloane (17..-18..), graveur, d'après G.P. Barbier (17..-18..).

En ce moment même arrivent les commissaires de la Convention ; ils crient de loin que Robespierre, Saint-Just, Couthon, Henriot, sont mis hors la loi. Les Sections répondent à ce mot magique par des cris de joie. Le Carrousel s'illumine subitement. Chaque fusil porte un flambeau. Vive la liberté ! Vive la Convention ! A bas les tyrans ! sont les cris de la foule armée. Tout marche à l'Hôtel de Ville, et tout le peuple se soumet et se disperse au cri magique qui fut l'interdit républicain : Hors la loi !

9_thermidor.jpg

La colonne de la Convention arrive sur la place de Grève vers 2 heures du matin. On voit tomber d'une des fenêtres éclairées Augustin Robespierre qui essaie de se suicider, détail, dessin de Jean Duplessis-Bertaux (?–1818) d'après Charles Monnet (1732–1808), gravure d'Isidore Stanislas Helman (1743–1806).

La Convention, assiégée, fit une sortie et vint des Tuileries assiéger la Commune à l'Hôtel de Ville. Je ne la suivis pas ; je ne doutais pas de sa victoire. Je ne vis pas Robespierre se casser le menton au lieu de la cervelle, et recevoir l'injure, comme il eût reçu l'hommage, avec orgueil et en silence. Il avait attendu la soumission de Paris, au lieu d'envoyer et d'aller la conquérir comme la Convention. Il avait été lâche. Tout était dit pour lui. Je ne vis pas son frère se jeter sur les baïonnettes par le balcon de l'Hôtel de Ville, Lebas se casser la tête, et Saint-Just aller à la guillotine aussi calme qu'en y faisant conduire les autres, les bras croisés, les yeux et les pensées au ciel comme le grand inquisiteur de la Liberté.

Ils étaient vaincus, peu m'importait le reste.

Je restai sur la même place et, prenant les mains longues et ignorantes de mon canonnier naïf, je lui fis cette petite allocution :

"Ô Blaireau ! ton nom ne tiendra pas la moindre place dans l'histoire, et tu t'en soucies peu, pourvu que tu dormes le jour et la nuit, et que ce ne soit pas loin de Rose. Tu es trop simple et trop modeste, Blaireau, car je te jure que, de tous les hommes appelés grands par les conteurs d'histoire, il y en a peu qui aient fait des choses aussi grandes que celles que tu viens de faire. Tu as retranché du monde un règne et une Ère démocratique ; tu as fait reculer la Révolution d'un pas, tu as blessé à mort la République. Voilà ce que tu as fait, ô grand Blaireau ! D'autres hommes vont gouverner, qui seront félicités de ton oeuvre, et qu'un souffle de toi aurait pu disperser comme la fumée de ta pipe solennelle. On écrira beaucoup et longtemps, et peut-être toujours, sur le 9 thermidor ; et jamais on ne pensera à te rapporter l'hommage d'adoration qui t'est dû tout aussi justement qu'à tous les hommes d'action qui pensent si peu et qui savent si peu comment ce qu'ils ont fait s'est fait, et qui sont bien loin de ta modestie et de ta candeur philosophique. Qu'il ne soit pas dit qu'on ne t'ait pas rendu hommage ; c'est toi, ô Blaireau ! qui es véritablement l'homme de la Destinée."

Cela dit, je m'inclinai avec un respect réel et plein d'humiliation, après avoir vu ainsi tout au fond de la source d'un des plus grands événements politiques du monde.

Blaireau pensa, je ne sais pourquoi, que je me moquais de lui. Il retira sa main des miennes très doucement, par respect, et se gratta la tête :

"Si c'était, dit ce grand homme, un effet de votre bonté de regarder un peu mon bras gauche, seulement pour voir.

— C'est juste" dis-je.

Il ôta sa manche, et je pris une torche.

"Remercie Henriot, mon fils, lui dis-je, il t'a défait des plus dangereux de tes hiéroglyphes. Les fleurs de lis, les Bourbons et Madeleine (5) sont enlevés avec l'épiderme, et après-demain tu seras guéri et marié si tu veux."

Je lui serrai le bras avec mon mouchoir, je l'emmenai chez moi, et ce qui fut dit fut fait.

De longtemps encore je ne pus dormir, car le serpent était écrasé, mais il avait dévoré le cygne (6) de la France. » (7)

À lire aussi :
Robespierre, Saint-Just et la Révolution française, vus en 1845 par le jeune Karl Marx
La mort de Robespierre, vue par le duc de Lévis Mirepoix, de l'Académie française
Le style de glace ardente, recuit et congelé comme l’abstraction de Robespierre, dixit Baudelaire
Maximilien de Robespierre et Jacques Louis David vus par Jean-Luc Seigle en 2004
Robespierre vu par Julien Gracq en 1947, puis dans un inédit de 2000
Robespierre vu par Gaston Crémieux en 1871
En 1873, un éloge paradoxal de Robespierre par Jules Barbey d'Aurevilly
Robespierre vu par Jean-Philippe Domecq en 1984
D'après Charles Jean Marie Barbaroux, le cabinet de Robespierre
Danton, Robespierre et Marat, vus par Victor Hugo dans Quatrevingt-Treize
Danton, Robespierre et Marat, vus par François Ponsard en 1850
Robespierre vu par Gertrud Kolmar en 1933
Les yeux de Robespierre
Robespierre en enfer, visité par le Christ
Robespierre chez Madame Dangé, place Vendôme
Figures énigmatiques de la Révolution française chez Fred Vargas et chez Patrick Wald Lasowski

-----

1. Les consultations du Docteur-Noir. Première consultation, Stello ou les Diables bleus, édition originale / par le comte Alfred de Vigny (1797-1863), Paris, Charles Gosselin et E. Renduel, 1832, chapitre XX sqq.

2. Ibidem, p. 433.

3. Ibid. p. 167.

4. Cf. Irving Massey, « Alfred de Vigny. Notes for Stello », in the Musée de Condé, Modern Philology, volume 63, nº 3, 1966, p. 246-251.

5. Comme les soldats de son temps, Blaireau arbore des tatouages, que le Docteur Noir appelle plaisamment des « hiéroglyphes ». Aux « fleurs de lis, Bourbons, Sainte Barbe et « Madeleine, amour éternel » (prénom de son ancienne compagne) » qu'il s'est fait tatouer sous l'Ancien Régime, il a fait ajouter sous la République un bonnet phrygien, « Indivisibilité ou la mort », et Rose (prénom de sa nouvelle compagne).

6. André Chénier, poète.

7. Les consultations du Docteur-Noir. Première consultation, Stello ou les Diables bleus, pp. 366-383.

Écrire un commentaire

Quelle est le cinquième caractère du mot q1igl8hd ?

Fil RSS des commentaires de cet article