Choses vues chez la baronne

Notes

1 Raymond Queneau, Le Chant du styrène, 1957
2 Ibidem
3 Ibid.
4 Dorothea Tanning, http://www.centrepompidou.fr/Pompidou/Pedagogie.nsf/0/766702B325C42288C1256DA400556EA9?OpenDocument&sessionM=4&L=2#">Chambre 202, Hôtel du Pavot, 1970. Dans la fenêtre "Recherche", saisir "Dorothea Tanning

Vu à la galerie de la baronne

Rendez-vous chez la baronne

A chacun ses petits châteaux de bohème. D’un château l’autre, la baronne a quitté le 9 du cours Louis Pons-Tande pour revenir, quelques dizaines de mètres amont, au 23 de la rue du Gouverneur Laprade, situé à l’angle du cours Louis Pons-Tande, en face de la pâtisserie Diant. A Mirepoix of course. Comme je voyais la baronne installée sur le pas de sa (petite) porte, je lui ai demandé si elle accepterait de répondre à quelques questions. Elle a dit oui. Rendez-vous donc, jeudi, chez la baronne.

Notes

1 "Grammairiennes", me fait remarquer la baronne après relecture de l’article, "mais c’est toi qui écris ; alors je suppose que tu as le droit de dire grammairiens. Mais c’est vrai que, petite à petite… Un de mes fils observait qu’il fallait que j’aille jusqu’au bout du raisonnement, donc que je dise : elle faut que… petite à petite, etc. Il a sûrement raison, mais c’est très difficile !
2 Francis Ponge, Le galet, in Le parti-pris des choses