Archives par étiquette : gens d’ici

La neige sur la page – A propos de l’oeuvre poétique de Jeanne Las Vergnas

Je lis petit à petit d'autres textes de Jeanne Las Vergnas. Pour le lecteur aussi, la poésie a son temps. Elle vient comme la neige, en silence, et il y a un moment, sans prévision possible, où le silence résonne, comme la neige luit. Le poème tourne alors vers vous son visage inconnu, et cependant si étrangement proche que j'ai entendu, l'autre jour, ce qu'il me disait et qui n'était pas écrit ! Il y avait la neige sur la plage grise, et, plusieurs jours durant,  j'ai songé à "la neige sur la page" au point que je l'ai recherchée, sans bien sûr, la trouver, jusqu'au moment où, ma disposition d'esprit ayant invisiblement changé, je l'ai retrouvée, la neige sur la plage grise, et
 
l'ange qui se penche
Sur les balcons du ciel
1)Jeanne Las Vergnas, L'ange blanc, in Brûlots d'herbes abrupts, 1989 .  

Notes

↑ 1. Jeanne Las Vergnas, L'ange blanc, in Brûlots d'herbes abrupts, 1989
↑ 2. Cf. La dormeuse blogueJeanne Las Vergnas – Dès maintenant nous allons naviguer dans le monde invisible
↑ 3. Jeanne Las Vergnas, Savoir, in A travers la rumeur troublée, 1992
↑ 4. Jeanne Las Vergnas, La dame du jardin, in A travers la rumeur troublée
↑ 5. Jeanne Las Vergnas, in Femme d'opaline, 1997
↑ 6. Ibidem.
↑ 7, 8, 9, 10, 11. Ibid.
↑ 12. Jeanne Las Vergnas, Lune sur Paris, in A travers la rumeur troublée
↑ 13. Jeanne Las Vergnas, Un glas, in Femme d'opaline
↑ 14. Jeanne Las Vergnas, Pollution, in Femme d'opaline
↑ 15. Jeanne Las Vergnas, Dans cette nuit du sang ou La forêt, d'après Max Ernst, in En cette nuit, avancée, 1999
↑ 16. Jeanne Las Vergnas, Le jardin suspendu, 6, in En cette nuit, avancée
↑ 17. Jeanne Las Vergnas, Le jardin suspendu, 3, in En cette nuit, avancée
↑ 18. Jeanne Las Vergnas, Entre appels et disparitions, 2002
↑ 19. Cf.  La dormeuse blogue : Jeanne Las Vergnas – Dès maintenant nous allons naviguer dans le monde invisible
↑ 20. Jeanne Las Vergnas, Dans cette nuit du sang ou La forêt, d'après Max Ernst, in En cette nuit, avancée
↑ 21. Jeanne Las Vergnas, in Femme d'opaline
↑ 22. Jeanne Las Vergnas, Trois pierres I, in En cette nuit avancée
↑ 23. Jeanne Las Vergnas, Mars 3, in En cette nuit avancée
↑ 24. Jeanne Las Vergnas, Sous la pluie des étoiles filantes 5, in En cette nuit, avancée
↑ 25. Jeanne Las Vergnas, Nostalgie, in A travers la rumeur troublée
↑ 26. Jeanne Las Vergnas, Des coups dans la neige, in Présences dans la neige, 2009
↑ 27. Versailles)%20%3ALOCA%20)&DOM=All&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P">Chasse-neige, circa 1878-1879

 

Des flambeaux dans la nuit
Un long cortège à ski
Qui dévale en zigzaguant
les pentes abruptes
De cette vallée pyrénéenne
Des hommes des traîneaux
Sombre procession macabre
De tous ces morts retrouvés
Là-haut […]
En silence dans cette nuit
Sans lune on descend
On chuchote on se terre
Seule la neige crisse
((Jeanne Las Vergnas, Atterrissage manqué, in Présences dans la neige

↑ 28. Jeanne Las Vergnas, Atterrissage manqué, in Présences dans la neige ,

mais aussi le visage futur, avec ses champs de fleurs :

Soudain au pied des roches sombres
Le grand pré s'était couvert d'une profusion
D'un autre blanc : des milliers de fleurs de neige
Perçant la terre…
((Jeanne Las Vergnas, Les roches trouées, in Présences dans la neige

↑ 29. Jeanne Las Vergnas, Les roches trouées, in Présences dans la neige ,

et ces "présences" blanches sur les "balcons du ciel" : 

Un ange blanc
Vois, comme il se penche
Sur les balcons du ciel !
((Jeanne Las Vergnas, L'ange blanc, in Présences dans la neige

↑ 30. Jeanne Las Vergnas, L'ange blanc, in Présences dans la neige .

Au regard de l'hiver qui vient, au souvenir de l'hiver premier, la profondeur des années se referme, le passé et le futur se rejoignent. En ce soir si tard, dit le poète, il fait tout blanc, et le blanc figure ici le moment de la transfiguration et de la présence constante :

Lorsque je pense à toi
Tout est blanc
La neige sur la plage grise
Les ailes des goélands […]
Et même les rochers ensoleillés
Tout est transfiguré
Dans cette blancheur rayonnante
((Ibidem.

↑ 31. Ibidem.

Je continue de songer à la neige sur la page, car il y a dans l'oeuvre de Jeanne Las Vergnas une poétique du blanc qui croît dans les mots comme "l'herbe est têtue" ((Jeanne Las Vergnas, Les lendemains de rien 5, in Femme d'opaline

Gravures de Martin Ware à la Bibliothèque des Pujols

Notes

↑ 1. Estampadura, Martin Ware

Life in Laroque

Notes