Vertat e drechura contre falsedatz e desmezura – Pèire Cardenal, témoin et acteur de la résistance à la croisade contre les Albigeois

 

Ci-dessus : sceau de Raymond VI, comte de Toulouse.

 

Aras es vengut de Fransa
Que hom non somóna
Mas sels que an aondansa
De vin e d’anóna,
E c’om non aia coíndansa
Ab paubra persóna,
Et aia mais de bobansa
Aquel que meins dóna,
E qu’om fassa major
D’un gran trafegador
E qu’om eleia-l trachor
E-l just dezapóna,

Coms Raimons, ducx de Narbóna,
Marques de Proénsa…
1)Pèire Cardenal, Oeuvres complètes bilingues, XVII

 

En 1209, suite à la prise de Carcassonne et à la mort de Raimon Roger de Trencavel, Simon de Montfort, chef militaire de la "croisade" contre les "Albigeois", est nommé vicomte de Carcassonne, de Béziers, d’Albi et du Razès.

Entraînés par Raimon VI de Toulouse, les seigneurs du Languedoc se soulèvent alors contre l’envahisseur venu du Nord.

Péire Cardenal, poète attaché à la cour de Raimon VI, s’engage à son tour dans la résistance. Usant des armes de la poésie, il compose de violents sirventès à l’encontre des Frances bevedor, brutes avinées qui saccagent le pays occitan.

 

Falsedatz e desmezura
An batailla empréza
Ab vertat e ab drechura
E vens la falséza.
E deslialtatz si jura
Contra lialéza,
E avaretatz s’atura
Encontra larguéza !
Feunía vens amór
E malvestatz valór,
E peccatz cassa sanctór
E baratz simpléza.
2)Ibidem

 

Plus que tout, Pèire Cardenal dénonce dans la "croisade" contre les "Albigeois" une guerre de civilisation, qui menace de ruiner les valeurs de la société et de la culture occitanes.

 

 

E auran lo mon, can que tir,
Que res non lur n’es amparat;
Qu’il non temon Dieu ni peccat
Ni nul lach estar, far ni dir,
Sol las terras puescan sazir,
Qui-s vuelha n’aira l’uelh mulhat,
Qu’il non an de ren piatat
Mas de lur ventre azumplir.

 

Pèire Cardenal réserve toutefois ses traits les plus violents à l’endroit des clercs, qui exercent une insupportable mainmise sur la vie civile, et qui s’illustrent à la fois par le fanatisme et la corruption.  Il son plen de folor e d’orguelh e d’ufana Aquest mestre pastor de la gleisa romana. Il son faus e truand vers la gent crestiana 3)Ibid. XXXI. Ils sont pleins de folie, d’orgueil et d’arrogance ces maîtres pasteurs de l’église romaine. Ils sont faux et fripons envers la gent chrétienne.

Les hérétiques, dit ici le poète au risque de l’Inquisition, les hérétiques ne sont pas ceux qu’on croit. Pels clercs es apellatz herege qui ne jura Segon la lor razon d’engan e de faussura 4)Ibid.. Par les clercs est appelé hérétique quiconque ne jure pas selon leur discours de tromperie et de fausseté.

Le propos de Pèire Cardenal a bénéficié, on s’en doute d’une réception toute particulière auprès de la communauté cathare. Bien que celle-ci ait pu revendiquer le poète comme l’un des siens, Pèire Cardenal n’a point embrassé ni le mode de vie ni la foi cathare. Peu enclin à la chasteté ni à l’ascèse des Parfaits, il est resté fidèle à l’éthique des troubadours et de la fin amor.

Pour en savoir plus sur Pèire Cardenal, témoin et acteur de la résistance à la "croisade" contre les "Albigeois", rendez-vous à la prochaine journée d’histoire locale, Chant de guerre, chant d’amour, à Mirepoix, le 19 septembre 2009, salle Paul Dardier. Lors de la conférence du matin, Jacques Gourc, de l’université de Toulouse, évoquera pour nous La chanson de la croisade de Pèire Cardenal. Et lors de la conférence de l’après-midi, Dominique Luce-Dudemaine déroulera Le roman de Flamenca.

A lire aussi : 

Pèire Cardenal, vie, oeuvres complètes, études diverses
NB : Tous les extraits reproduits ci-dessus, traduction comprise, sont empruntés à ce très beau site.

 

A propos de Pèire Cardenal, poète occitan du XIIIe siècle
Amors, qui la semenès… – Si l’on pouvait semer l’amour…

 

 

Notes   [ + ]

1. Pèire Cardenal, Oeuvres complètes bilingues, XVII
2. Ibidem
3. Ibid. XXXI
4. Ibid.

1 réflexion sur « Vertat e drechura contre falsedatz e desmezura – Pèire Cardenal, témoin et acteur de la résistance à la croisade contre les Albigeois »

  1. Martine Rouche

    Merci à toi de faire de ton blog une aide à la communication pour notre 3e journée d’automne de l’histoire locale de Mirepoix. Plus il y aura de passionnés, plus le travail des conférenciers sera mis en valeur. Grâce à toi, littérature et méditerranée seront d’une certaine façon à l’honneur …
    Que cette journée soit glorieuse !

Les commentaires sont fermés.