Fenêtres obliques

 

Le jour entre dans la maison. C’est le cinéma de l’aurore. Peu à peu les ombres s’allongent ; au mur, les images clignent des yeux. Puis le jour se retire, quelque part dans le bleu de la nuit qui vient. 

Beau et mystérieux, depuis le commencement du monde.