Courte balade de Noël sur la Voie Verte

Riche et festive, la table de Noël nécessite, pour le plus grand bonheur de tous, que l’on sacrifie ensuite au rite de la sortie en famille. Profitant d’un doux rayon, nous avons cheminé un moment sur la voie verte, que l’on appelle ici le Chemin des Filatiers.

 

Nouvellement ouvert aux promeneurs, le Chemin des Filatiers court, de Mirepoix jusqu’à Lavelanet, à l’emplacement de ce qui fut autrefois la ligne de chemin de fer Toulouse-Lavelanet. L’entrée se fait à Mirepoix, à proximité de l’hypermarché Super U. Dépassant le lycée, on longe d’abord une succession de maisonnettes bordées de petits jardins, puis on s’enfonce dans une campagne tranquille, largement ouverte sur le ciel. A gauche, les collines de Terride, sur lesquelles subsistent les ruines de l’ancien château de Mirepoix ; à droite, la chaîne du Saint Barthélémy, actuellement couronnée des premières neiges.

 

 

 

De loin en loin, des lignes d’arbres, un ruisseau, une maison abandonnée. Le paysage, au soleil couchant, se pare d’une gloire étrange. Puis la brume vient. La nuit tombe. Il fait déjà froid.

 

Au soleil couchant,
Toi qui vas, cherchant
Fortune,
Prends garde de choir ;
La terre, le soir,
Est brune.

Victor Hugo, Odes et Ballades, X, La chasse du Burgrave

 

A l’entrée du bourg, les lumières s’allument.

Plus loin, sous l’obscure clarté qui tombe des voûtes de la cathédrale, Marie, Joseph, le boeuf et l’âne veillent l’enfant Jésus qui dort dans sa crèche.