Mirepoix, magie de la nuit

 

Côté rue

Le chat veille.

 

 

 

Côté jardin

Avec la nuit qui avance, c’est le profil d’une ville d’Orient que l’on croit voir.

"En regardant derrière ces vitres la ligne des bâtiments extérieurs, je voyais se découper la façade et les fenêtres en mille pavillons ornés d’arabesques, et surmontés de découpures et d’aiguilles, qui me rappelaient les kiosques impériaux bordant le Bosphore…"

Gérard de Nerval, Aurélia, Seconde Partie, VI, 1855

 

 

1 réflexion sur « Mirepoix, magie de la nuit »

  1. Martine Rouche

    Après les photos du cèdre abattu, après ta tristesse exprimée, tu te redresses avec tes amis poètes, des photos, ton chat qui veille, les lumières mystèrieuses de ton cher Mirepoix. Maginfique. Je suis sûre qu’il reste des merveilles à découvrir …

Les commentaires sont fermés.