Stratégie de communication et art contemporain

BiZ’ART, l’exposition d’art contemporain organisée par le Collectif Al’ARTMixtes que j’évoquais dans un article précédent, fait l’objet de diverses annonces dans les rues de Mirepoix. J’ai remarqué ici une banderole, apposée ici sur le grillage d’un stand dédié aux tracteurs. Le support de communication n’est pas riche, mais l’emplacement se veut, en revanche, stratégique : il s’agit du rond-point autour duquel viennent tourner la plupart des véhicules qui entrent dans Mirepoix ou en sortent, lequel rond-point jouxte le parking et le parvis de l’hypermarché Super U. En somme, un passage obligé. Tous les habitants de Mirepoix, augmentés des touristes, font leurs courses à Super U, qui a ici, pour le moment, le monopole de la grande distribution. Tous les automobilistes, au passage, peuvent lire la banderole à vitesse ralentie.

 

Reste à savoir si, au vu de la banderole, l’automobiliste se laisse effectivement atteindre par un message minimal, cependant connoté, qui entre, sans pouvoir faire image, dans le champ d’une vision amortie par l’automatisme de la conduite. Reste à savoir également si le client de l’hypermarché, soucieux déjà de Noël et de son flot de marchandises obligées, conserve une marge de libre curiosité, celle dont l’art a besoin pour exister, i. e. pour être reçu de la communauté dont il participe et à qui, par définition, il s’adresse, ici maintenant.

 

Comment libérer la curiosité ? L’art s’y emploie, par son oeuvre même. Il suffit de passer rue du Maréchal Clauzel, derrière la salle d’exposition, et de jeter un regard aux fenêtres éclairées, pour se laisser surprendre. Mais il faut justement passer par là. Passer par là. La surprise de l’art suppose idéalement la magie du passer par là. Mais ce n’a en apparence rien à voir avec l’ici du rond-point ni celui de l’hypermarché. Si loin si près, comment faire en sorte qu’ici et se rejoignent, et plus véritablement, s’entretiennent ? Personne ne possède la réponse. Les artistes cependant sont têtus. Le propre de leur stratégie de communication est ici de maintenir ouverte la question.