Musiques de Noël à l’église de Laroque d’Olmes

In freezing winter night, la maîtrise du Conservatoire de Toulouse, dirigée par Mark Opstad, Dominique Piussan-Gasciarino, titulaire de la classe de harpe du Conservatoire de Toulouse, et Jean-Baptiste Dupont, titulaire du grand orgue de l’abbatiale de Moissac, donnaient hier soir un concert de Noël en l’église Notre Dame du Mercadal à Laroque d’Olmes. Au programme, une somptueuse déclinaison de pièces rares, empruntées aux maîtres de musique du XVIIe et du XVIIIe siècle, et, au titre de l’effet de correspondance, A Ceremony of Carols, une oeuvre du compositeur britannique Benjamin Britten (1903-1976). Le neuvième mouvement de cette pièce moderne s’intitule "In freezing winter night". Dans la nuit glacée de l’hiver, la musique réchauffe les coeurs. L’église était en outre (légèrement) chauffée.

 

 

Dans le genre des maîtres de musique du XVIIe et du XVIIIe siècle, nous avons entendu des pièces de Daniel Danielis (1635-1696), Jean François Dandrieu (1682-1738), Louis Claude Daquin (1694-1772), Michel Corrette (1694-1772).

 

 

De gauche à droite : Michel Corrette ; Jean François Dandrieu ; Louis Claude Daquin.

 

Héritiers  de Marc-Antoine Charpentier et de Couperin, ces maîtres allient à la clarté du style français la volubilité du style italien. D’où, sur la base de lignes mélodiques simples, empruntées parfois à la musette des bergers, le jeu subtilement coloré des variations, qui fait valoir, en même temps que l’élégante fantaisie des compositeurs, la virtuosité des interprètes, ici celle de Jean-Baptiste Dupont à l’orgue et celle des petits chanteurs de la maîtrise du Conservatoire de Toulouse. Les pièces que nous avons entendues hier soir ont été conçues tout exprès pour le temps de Noël. L’une d’entre elles, oeuvre pour orgue de Jean François Dandrieu, s’intitule Où s’en vont ces gais bergers. La joie rayonnait sur le visage des petits chanteurs. Les "Adoro te", "Gaudeamus", "Gloria" brillaient dans l’église comme des soleils.

A Ceremony of Carols, la pièce de Benjamin Britten, développe sur le mode de la célébration douze chants dont les paroles, empruntées au vieil anglais des anonymes des XVème et XVIème siècles, sont dédiées à l’attente de Noël et à l’avénement de l’Enfant. Benjamin Britten a conçu cette oeuvre en 1942 pour voix d’enfants et harpe. Flexibilité mélodique, éclat des voix, respiration secrète de la harpe, l’étrange beauté de A ceremony of Carols suscite une émotion pénétrante. Elle se déploie, comme le voulait Benjamin Britten, sur le fil, – le fil de l’innocence, laquelle fait si cruellement défaut au monde comme il va. 

 

 

Après le concert, nous avons vu repartir la harpe, transportée sur un diable. Puis l’Association des Amis de l’Orgue Victor Gonzales de Laroque d’Olmes, principale organisatrice du concert, nous a offert un excellent vin chaud, particulièrement bienvenu In freezing winter night. Dehors la Porte d’Amont était belle comme en rêve.

 

 

5 réflexions sur « Musiques de Noël à l’église de Laroque d’Olmes »

  1. Martine Rouche

    In freezing winter day, je suis venue tout doucement lire tes belles phrases sur le magnifique concert auquel nous avons pu assister hier soir. Lorsque j’ai eu la chance de vivre en Angleterre, la période de Noël me semblait magique, et était généralement accompagnée de concerts au cours desquels était très souvent interprétée  » A Ceremony of Carols « . En changeant de temps et de lieu, la perception se modifie mais reste l’allégresse. Cette harpiste sobre et élégante, ces enfants habités par la musique qu’ils offraient à leur maître de choeur et au public, ce jeune organiste au doigté léger et puissant à la fois ont fait de cette soirée un pur moment de magie. Nous avons l’habitude des concerts de l’orgue de Mirepoix, dans la vaste nef de l’église cathédrale ; ce fut un plaisir différent hier soir, avec un autre instrument et un cadre plus intime. Je garde en mémoire les visages incroyablement beaux de ces enfants et leurs voix, pures et puissantes. Je pense aux tableaux représentant les choeurs d’anges, avec harpe et psaltérion …
    Merci pour ce compte-rendu qui double mon plaisir d’hier soir !

  2. continuum

    Ne m’en veuillez pas, mais je suis depuis quelque temps l’avancement de ce blog, et je ne puis résister à dire tout le plaisir que j’ai à vous lire.

  3. Leclercq Françoise

    Bonjour,
    Où puis-je trouver en ligne la traduction en français de ceremony of carols de Britten?
    Merci,
    F. Leclercq

Les commentaires sont fermés.