Acrobat, smaller, poorer, cheaper

Le 8 juin, à Toulouse, j’ai vu Smaller, poorer, cheaper, le dernier spectacle d’Acrobat. Choc esthétique. Coeur battant.

Indécis comme feuilles mortes
Leurs yeux sont des feux mal éteints
Leurs coeurs bougent comme leurs portes.

Le son est extraordinaire. Le spectacle fait peur. Il fait rire aussi. Soudain il vous brise le coeur. Puis on rit à nouveau. La vie continue. Je ne dévoile pas l’histoire. Il faut entrer dans le jeu. La troupe ne veut pas de photos. Elle demande qu’on éteigne les téléphones portables. Question de concentration. J’ai photographié la salle après le spectacle. Smaller, poorer, cheaper

La troupe vient d’Australie. Ils sont quatre. Une femme, trois hommes, dont un musicien. Le spectacle parle d’eux. Il dit l’essentiel. Ce sont des écorchés vifs. Je les ai rencontrés après le spectacle. So friendly.

On les classe dans la catégorie nouveau cirque. Autant dire qu’ils sont inclassables. C’est là, lorsque le mot à un sens, le propre de l’art vivant. On ne sait si c’est de la danse, du théâtre, du cirque, et on s’en fiche, tellement c’est beau. A vous briser le coeur.

Prochaines dates :

03/04 juillet 2008 : Festival des Sept Collines, Saint-Etienne, France
15/16/18/19/20 juillet 2008 : Tollwood Festival, Münich, Allemagne
04/05/07/08/09/11/12/14/15/16 août 2008 : Zomer van Antwerpen Festival, Anvers, Belgique
22/23/24/26/27 août 2008 : København Internationale Theater Festival, Copenhague, Danemark
etc…

2 réflexions sur « Acrobat, smaller, poorer, cheaper »

  1. pandatomic

    Quelle jolie description du travail d’Acrobat.
    Ils vous ont tous trouvés très beaux aussi.

  2. Ping : Un petit théâtre d’ombres at La dormeuse blogue

Les commentaires sont fermés.