Gravures de Martin Ware à la Bibliothèque des Pujols

 

 

Au soleil couchant, la terre le soir est brune. Nous roulons en direction des Pujols, là-bas, du côté de ce reste de clarté qui s'attarde derrière les bois noirs.   

 

 

Tandis que nous roulons vers la bibliothèque des Pujols, voici l'une des gravures qui viennent à notre rencontre.

 

 

Posée au bord d'un vallon, où l'hiver nourrit encore ses brumes vertes, la bibliothèque s'intitule Au Plaisir de Lire. Entièrement vitré, le sas d'entrée de la bibliothèque fait office de cabinet de gravures. 

 

 

J'aime que le couchant, la nuit, entrent dans l'exposition. Ombres et reflets rendent ainsi les images à leur liberté, en même temps qu'à la tendre indifférence du monde.

 

 

 

 

Martin Ware, dont l'oeuvre gravée a fait depuis 1972 l'objet de nombreuses expositions en Angleterre, Hollande, Norvège, Suède, Canada, Allemagne, Australie, Nouvelle-Zélande, vit en Ariège depuis 2007. Il a choisi, dit-il, de pratiquer la gravure, parce que la liberté s'y aiguise de la contrainte même d'un art de faire. Il dit peu en revanche des motifs qui l'inspirent, du silence qui baigne sa vision. "Il doit y avoir le mystère, un sentiment de l’inconnaissable… " 1)Estampadura, Martin Ware

 

 

Organisée à l'initiative des associations Mille Tiroirs et Estampadura dans le cadre de la Triennale Européenne de l'Estampe, l'exposition  des gravures de Martin Ware bénéficie à la bibliothèque des Pujols de l'accueil et du soutien du réseau des bibliothèques du bassin  de lecture de Pamiers. Elle dure jusqu'au 25 mars. 

 

Ci-dessus, sur l'image de gauche : Marin Ware, plein d'humour, dans l'exercice du petit discours de circonstance ; à ses côtés, les représentants, représentantes du réseau des bibliothèques ; sur l'image de droite, Françoise Decressin, présidente de l'association Mille Tiroirs, et Constance de Mauvaisin, responsable de la communication de Mille Tiroirs.

 

 

 

Et la nuit prolongeait les gravures…

Notes   [ + ]

1. Estampadura, Martin Ware

1 réflexion sur « Gravures de Martin Ware à la Bibliothèque des Pujols »

  1. Anne-Marie Dambies

    La poésie, toujours la poésie, des lieux et des choses simples dans l'environnement de Martin Ware, sa vision si bien retranscrite dans un art difficile

Les commentaires sont fermés.