Doux moutons

 

Aux portes de Mirepoix il y a ainsi des moutons qui paissent poétiquement (si l'on chausse les lunettes des Précieuses) comme dans les prairies de L'Astrée. Comme je suis lectrice de L'Astrée, et amie ou cousine des Précieuses, j'ai eu envie de parler aux moutons, et, pardi ! de les photographier de plus près.

J'aurais dû me souvenir de Rabelais : "comme vous savez être du mouton le naturel, toujours suivre le premier, quelque part qu'il aille" 1)Rabelais, Les horribles et épouvantables faits et prouesses du très renommé Pantagruel Roi des Dipsodes, fils du Grand Géant Gargantua, 1532 .

 

 

Possible ne fut les engarder, poétiquement paissants, à mon approche. Fuyant, ces petites bêtes me montraient leurs fesses !

Notes

↑ 1. Rabelais, Les horribles et épouvantables faits et prouesses du très renommé Pantagruel Roi des Dipsodes, fils du Grand Géant Gargantua, 1532

2 réflexions sur « Doux moutons »

  1. Martine Rouche

    Au cours d'une balade sur le chemin de Mazerolles, j'ai vu leurs soeurs effarouchées …

Les commentaires sont fermés.