La dormeuse blogue

Choses vues, choses lues, choses rêvées…

Le géomètre

Robinson habite
la géométrie
comme d'autres abritent la région des catastrophes.
Clandestinement.

Il habite du regard,
– le regard du naufragé
qui interroge
MORE GEOMETRICO
le nouvel espace,
à lui départi,
et qui augure,
sans y croire,
ô Pythagore,
que le royaume a son équerre,
et que l'équerre a Robinson,
car la géométrie répond
au cri de flûte
de l'espace,
à l'étrange attraction
d'où procèdent la carte
et la piété du territoire.

J'habite du regard
la table, la fenêtre, le pré,
le pays fertile
où le point se souvient de la ligne,
et la ligne de l'aire.
L'oeil arpente.
Clandestinement.

Où l'harmonie des sphères ?
Où le chant des sirènes ?

Un jour, le naufragé
assis dans l'herbe
observe le ciel courbe
et le turbulent cinéma des nuages,
quand la catastrophe
au hasard
le cueille
et, faute de géométrie,
Robinson se disperse
au gré du sablier.

J'observe un papillon.
C'est le Géomètre.
Chenille, il arpente.
Phalène, il brûle.

C.B.

Cette entrée a été publiée .