Christine Belcikowski

Publications 4

Les citrouilles mûrissent

Rédigé par Belcikowski Christine 2 commentaires

Les citrouilles mûrissent dans leurs heures lourdes lentes
le prodige d’un or
dont nos corps tristement incolores
rêvent de partager le paisible secret.
Ils y touchent un moment
quand, fuyant le souci de l’hiver qui viendra
et des jours qui fuiront sans retour sous la lampe,
ils basculent dans l’azur d’un étroit ciel d’automne
où, régalien, ostinato, l’été s’attarde.
Dans le jaune et le bleu de son portatif insonore
l'automne appelle, appelle, invisible encore,
le vert, le vif, le vrai
qui se réserve - ô miracle ! en la table gardée
اللوح المحفوظ
ou l'antique table d'émeraude
tabula smaragdina,
la pupille du monde,
celle de l'herbe neuve
qui reviendra un jour, qui sait ?
si Dieu le veut, sive natura,
ou le Diable de l'anthropocène ?

2 commentaires

#1  - martine GTM a dit :

bien tristounettes ces dernières écritures qui sentent l'hiver

pour celle-ci, l'ignare que je suis a cherché la traduction de ces "étrangères", pour savoir, pour apprendre
je t'embrasse
M

Répondre
#2  - Belcikowski Christine a dit :

Mais où vois-tu ces « étrangères », Martine ?

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot smztrb ?

Fil RSS des commentaires de cet article