Christine Belcikowski

Publications 4

Le peu de l'échappée

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

ὥσπερ ἀπὸ τῶν Σειρήνων
« ... comme pour échapper aux Sirènes... » (1)

Le peu de l’échappée se dit pour moi
sans paroles inutiles
dans l’ imagination des sirènes,

ou encore dans la surprise d'écrire
quand les mots poussent libres
comme des fleurs...

Mais, belle, l'échappée,
demeure comme,

comme de de peser des œufs de mouche
dans des balances en toile d'araignée (2)
,
comme de peigner le rien,
comme de souffler dans l'air
des bulles, des bulles de savon !

Mais, belle, l'échappée,
demeure comme,

comme on prend vessies pour lanternes
— aux yeux au moins des éteigneurs
éteigneurs de réverbères, s'entend.

-----

1. Platon. Le Banquet, 216a.

2. Ainsi disait Voltaire de Marivaux. Propos rapporté par Gustave Larroumet, in Marivaux, sa vie et ses oeuvres : d'après de nouveaux documents, pp. 77-78, Hachette, Paris, 1894.

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot owpe ?

Fil RSS des commentaires de cet article