Christine Belcikowski

Publications 4

Lancer de flèches

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Les dieux jouent au lancer de flèches.
Un avion chemine dans le bleu du ciel.
Cigogne du futur,
dans ton corbillon, qu’y met-on ?
Une buse tourne dans le bleu du ciel.
Tourne, tourne, petit moulin,
couchés au bord de la rivière,
nos corps ne sont pas provende,
pas encore.
La flèche passe
et ne passe pas.
εἰ γὰρ αἰεί, φησίν, ἠρεμεῖ πᾶν [ἢ κινεῖται] ὅταν ᾖ κατὰ τὸ ἴσον, ἔστιν δ' αἰεὶ τὸ φερόμενον ἐν τῷ νῦν, ἀκίνητον τὴν φερομένην εἶναι ὀϊστόν.
« La physique veut que, si à l’instant T tout corps est en mouvement ou bien immobile dans un espace égal à lui-même, vu que tout corps qui se déplace est à chaque instant dans un espace égal à lui-même, la flèche qui vole ne bouge pas. » (1)
Où va-t-elle, la flèche,
qui vole et qui ne bouge pas ?
Où va-t-elle, la buse,
qui tourne dans le bleu du ciel et qui ne descend pas ?
Où va-t-il cet avion,
qui passe et qui n’avance pas ?
Enfants, il se disait chez nous
que c’était, dans le bleu du ciel,
l’avion de Barcelone.
Pourquoi donc Barcelone ? Je ne m’en souviens pas.
Barcelone, Naples, Rome, ou encore Samarcande, qu’importe,
bleu du ciel, ciel du bleu :
la flèche a forcément rendez-vous quelque part.
Obligée par la force de la vérité.
Obligée par la force des dieux.
Des dieux ?

-----

1. Aristote. Physique. Tome II. Livre VI. Ch. 14. § 1.

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot egtdhd ?

Fil RSS des commentaires de cet article