Christine Belcikowski

Publications 4

Violences policières à Prades (Ariège) en 1762

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

verniolle_1762.jpg

17 janvier 1762. Dépulure de Mathieu Verniolle. Archives dép. de l'Ariège. Prades (1632-1792). Document 1NUM/E116. Vue 264.

« L'an 1762 et le 17e janvier, Mathieu Verniolle dit Lagaigne, veuf, âgé d'environ 60 ans, a été enterré dans le cimetière de la paroisse, ayant été tué le 12e dernier par les employés des gabelles d'un coup de fusil qui le perça de jour en jour [de part en part], étant à la fenêtre de sa maison, située al gravier ; étant accusé de faire de faux-saunage (1) du sel dans le Languedoc ; et de s'être battu avec les employés au col de Siguer, et leur ayant échappé le 22e mai dernier par les [illisible] qui maltraitèrent ; lesdits employés sont revenus ledit jour 12e [janvier 1762], au nombre de 21, et 19 cavaliers de maréchaussée ; il fut tué sans avoir le bonheur de recevoir les sacrements. Témoins, Barthélémy Verniolle, en foi de quoi... Flouret, curé. »

Certes contrebandier, Mathieu Verniolle a été abattu à la fenêtre de sa maison comme un pigeon. L'abbé Flouret fait discrètement état de sa réprobation lorsqu"à la fin de l'acte de décès, il formule l'observation suivante : « Il fut tué sans avoir le bonheur de recevoir les sacrements... »

-----

1. Faux-saunage : contrebande de sel, pour échapper à la gabelle. « La faux-saunage atteint pour la Bretagne et l'Anjou 15,5 % des motifs de condamnation des 38 036 galériens pour la période 1680-1715 ; et 23,3 % des 22 365 galériens pour la période 1716-1748. » (Wiktionnaire. Faux-saunage). « On estimait qu'il y avait près de la moitié de la population riveraine des marches de Bretagne qui vivait plus ou moins de ce faux-saunage, soit comme transporteur, soit comme receleur, soit comme revendeur. La législation contre les fraudes est sévère : les peines vont du fouet et la flétrissure aux galères, à la déportation et à la peine de mort. La dureté des punitions semble avoir été sans effet sur la contrebande. Le 1er décembre 1790 en revanche, la suppression de la gabelle fut l'une des causes de la chouannerie, car elle réduisit à la misère plus de 2 000 familles qui ne vivaient que du commerce frauduleux du sel. » (Wikipedia. Gabelle du sel)

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

Le visage des ombres

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Vois
comme le visage des ombres mûrit dans l’eau des miroirs,
vois
comme il te regarde,
vois
comme il te fait face.
Ne te retourne pas !
Ta face se déferait.
C'est pile,
ou face,
il faut choisir.
La face est éphémère,
et l'air de ressemblance
qui te vient du visage des ombres,
du regard du passé.

À propos de Jean Estienne Dufas de Vignaux, archiprêtre d'Ax et du Sabarthès

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

ax_vue_generale.jpg

Ci-dessus : vue générale d'Ax-les-Thermes, ville autrefois nommée Ax tout court.

Le 29 juillet 1700, Jean Estienne Dufas, archiprêtre d'Ax et Sabarthès, qui a entrepris de relire le registre paroissial de la ville d'Ax à partir de la page datée du 4 janvier 1794, use de l'espace de libre expression dont il dispose là présentement :

1° pour critiquer divers manquements auxquels ses prédécesseurs, nommément cités, se sont laissés aller dans la tenue dudit registre, ou encore dans certaines modalités d'exercice de leur charge ;

2° pour faire état de divers problèmes qui affectent alors les pratiques du baptême, du mariage et de la sépulture ;

3° pour rappeler la communauté axéenne à de meilleures mœurs.

Lire la suite de À propos de Jean Estienne Dufas de Vignaux, archiprêtre d'Ax et du Sabarthès

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

Ombres mouvantes

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Ombres mouvantes,
ombres de l´autre monde
qui affluez, colombes,
au bord de la maison fermée,
poussez la porte, entrez,
messagères de la vie antérieure,
des jours perdus,
qu´on n´oublie pas.
Vos signes hélas s´effument
aussitôt qu´ils paraissent
et déjà vous fuyez !
Revenez, ombres chères,
revenez !
Mais l´hiver est sans ombres,
les colombes, disparues.

Fil RSS des articles