Christine Belcikowski

Publications 4

Un problème, parmi d'autres, dans la lecture des actes d'état-civil

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

gaston_raymond_mariage1.jpg

19 juin 1791. Mariage de Raymond de Gaston et d’Anne Mailhol. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix (1787-1792). Document 1NUM6/5MI665. Vue 152.

Le 19 juin 1791, Raymond de Gaston, juge de paix de la ville de Foix, épouse à Mirepoix Anne Mailhol, fille de l'écrivain Gabriel Mailhol (1). En septembre 1791, Raymond Gaston, qui ne porte plus sa particule désormais, est élu député de l’Ariège à l’Assemblée législative. Il s'installe à Paris, tandis qu'Anne Mailhol, son épouse, enceinte, attend de faire ses couches à Mirepoix. Le 7 avril 1792, toujours à Mirepoix, Marie Anne Mailhol accouche d’un garçon, baptisé sous le nom de Michel Etienne Pascal Antoine Jean Jacques Gaston. Elle gagne ensuite Paris avec son enfant afin d'y rejoindre son époux, qui vient d'être réélu député à la Convention. Celui-ci siège, de jour et de nuit quasiment, dans les rangs de la Montagne.

En juillet 1793, Raymond Gaston soupçonne Anne Mailhol de le tromper. Il commande à cette fin un rapport de police, qui se révèle concluant. Cf. Christine Belcikowski. Jeunesse, mariage et ascension politique de Raymond Gaston, député de l’Ariège à l’Assemblée nationale

Le 9 germinal an III (29 mars 1795), Raymond Gaston se remarie avec Denise Claudine Ramaget. On le sait par la Table des mariages et des divorces célébrés à Paris de 1793 à 1802, document rescapé de l'incendie qui, le 24 mai 1871, a détruit l'Hôtel de ville de Paris, et avec lui l'état-civil de la ville.

gaston_mailhol_divorce1.jpg

Archives de Paris: série V.10E 1-12. Extrait des microfilms des originaux reconstruits par noms de famille. N° de film : 007822452. Dupui - Giguet. Vue 365 sur 455.

Cette Table des mariages et des divorces célébrés à Paris de 1793 à 1802, comprend une entrée « Raymond Gaston ». La ligne correspondante indique que Raymond Gaston a épousé Denise Claudine Ramaget le 9 germinal an III (29 mars 1795). En dessous de cette première ligne, une seconde ligne concerne Anne Mailhol. Elle fournit une date dépourvue d'explicitation : « 13 ventôse an 9 » (22 février 1801).

Une telle date étonne. Il ne peut s'agir de la date du divorce du couple Gaston-Mailhol, puisque Raymond Gaston a épousé Denise Claudine Ramaget en légitimes noces le 9 germinal an III (29 mars 1795) ! Il ne s'agit pas non plus de la date d'un éventuel second mariage d'Anne Mailhol, puisque le nom de cette dernière ne se trouve là assorti d'aucun nom d'époux. Et il ne peut s'agir là d'une date de décès, puisque la table dans laquelle cette date figure, n'intéresse que les mariages et les divorces.

gaston_mailhol_divorce2.jpg

Archives de Paris: série V.10E 1-12. Extrait des microfilms des originaux reconstruits par noms de famille. N° de film : 007822455. Leu - Mely. Vue 267 sur 469. Détail.

gaston_mailhol_divorce3.jpg

Ci-dessus : même vue 267, complète cette fois.

gaston_mailhol_divorce4.jpg

Ci-dessus : autre détail de la vue 267. Anne Mailhol est fille de Gabriel Mailhol. Le nom de la mère manque parce qu'il ne se trouve à Paris personne qui le connaisse. Jeanne Brigitte Faure, mère d'Anne Mailhol, est morte le 3 décembre 1772 à Saint-Papoul (Aude) (2).

La même table comprend également une entrée « Anne Mailhol ». La ligne correspondante fournit cette fois-ci les indications suivantes : « Mailhol Anne |Gaston Raymond |13 ventôse 3 » (3 mars 1795). Il s'agit là probablement de la date du divorce de Raymond Gaston et d'Anne Mailhol. Raymond Gaston a épousé Denise Claudine Ramaget 26 jours plus tard. La date du « 13 ventôse an 9 » (22 février 1801) mentionnée dans l'entrée Raymond Gaston concernant le divorce de ce dernier provient sans doute d'une erreur dans l'ancienne réindexation de la Table des mariages et des divorces célébrés à Paris de 1793 à 1802.

Que sont devenus par la suite Anne Mailhol et Michel Etienne Pascal Antoine Jean Jacques Gaston, son fils, né le 7 avril 1792 à Mirepoix (3) ? Je cherche depuis longtemps à les retrouver. Leur trace se perd. Une femme et un enfant disparaissent. La lecture des archives suscite dans ce cas-là une sorte d'inquiétude dérangeante.

-----

1. À propos de Gabriel Mailhol, cf. Christine Belcikowski. À Paris, au XVIIIe siècle, difficile réception de l’œuvre de Gabriel Mailhol, dramaturge et romancier audois.

2. 3 décembre 1772. Décès de Jeanne Brigitte Faure. Archives dép. de l’Aude. Saint-Papoul (1771-1777). Document 100NUM/5E361/4. Vue 49.

3. 7 avril 1792. Baptême de Michel Etienne Pascal Antoine Jean Jacques Gaston. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix. Baptêmes, Mariages (1787-1792). Document 1NUM6/5MI665. Vue 196.

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

L'auteur des Mémoires du Diable !

Rédigé par Belcikowski Christine 1 commentaire

soulie_mine_plomb.jpg

Ci-dessus : Frédéric Soulié, auteur des Mémoires du Diable, vu par un caricaturiste anonyme. Dessin à la mine de plomb.

En 1837-1838, la publication des Mémoires du Diable fait scandale. Ce roman de Frédéric Soulié serait un pousse-au-crime. Il inciterait les femmes à se débarrasser de leur époux lorsque celui-ci les encombre. Il aurait d'ailleurs inspiré le crime de Marie Fortunée Capelle, plus connue sous son nom d'épouse, Marie Lafarge. En 1847, alors qu'on mène la dépouille de Frédéric Soulié au Père-Lachaise, Alfred Nettement, député du Morbihan, déclare l'écrivain responsable du crime commis par Mme Lafarge, « sur le guéridon de laquelle on trouva les Mémoires du Diable ouverts quand on vint l’arrêter au Glandier. » (1)

Sur le dessin reproduit ci-dessus, le Diable souffle à l'oreille de Frédéric Soulié ses mémoires. Frédéric Soulié, lui-même, a les pieds fourchus et la queue du Diable. Le soulier sert de légende.

soulie_memoires_diable.jpg

Ci-dessus : frontispice des Mémoires du Diable. Imprimerie Jules Le Clere. 1876.

-----

Cf. Christine Belcikowski. Le roman vrai de Frédéric Soulié. II. À Paris. Chapitre 4. Les Mémoires du Diable et le crime de Madame Lafarge. Pages 63-66.

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

Les images médiévales

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Des images médiévales, Jean-Claude Schmitt, historien, directeur d'études émérite à l'École des hautes études en sciences sociales, dit « qu'elles ont une valeur épiphanique : même les plus modestes d’entre elles sont des manières d’apparition, comme si le ciel s’ouvrait pour les donner à voir », et, dans le cas des images de culte ou de dévotion, « à vénérer ». Il consacre un bel article à ce type d'images dans le Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (1). Ci-dessous quelques extraits de l'article en question, choisis relativement aux sculptures qui ornent la maison des consuls à Mirepoix. Allez voir sur place !

mirepoix_consuls.jpg

Les plans de l'image

[Les images médiévales] « s’inscrivent sur la surface de la page – dans le cas d’un manuscrit – ou du tableau, en une superposition de plans depuis l’arrière vers l’avant. Le spectateur n’y « entre » pas, c’est l’image qui semble venir vers lui. La disposition et la taille des personnages et des objets n’y sont pas soumises aux règles de la perspective. »

Images et arts de la mémoire

« [Jean-Philippe Antoine, philosophe, professeur d'esthétique et critique d'art], propose de rapprocher les images médiévales des artes memoriae. L’« art de la mémoire » consiste, premièrement, à associer mentalement chacune des idées dont on veut se souvenir à une « image » qui soit suffisamment frappante, voire scandaleuse, pour qu’on puise la retenir aisément ; deuxièmement, à placer toutes ces images dans un « théâtre » de la mémoire, un espace construit et ordonné dont il suffira ensuite de parcourir les différents lieux pour retrouver les images qui leur ont été affectées, et à travers elles les idées dont on aura besoin. »

À quoi servent les images ?

« L’image est un grand moyen d’expression idéologique, ce qui vaut pour le pouvoir ecclésiastique comme pour les pouvoirs séculiers. Cette fonction se trouve concentrée dans les débuts de l’art du portrait, qui bénéficie pour commencer aux souverains. Le portrait glorifie leur personne et leur pouvoir, enracine leur effigie dans le mémoire des hommes par-delà la mort, les hisse sur un pied d’égalité avec les saints qui seuls jusqu’alors, bénéficiaient d’une image individualisante. Il est remarquable que le visage soit, dans tous les cas, privilégié. C’est par lui et surtout par le regard que s’instaure un échange avec le spectateur du portrait.

Mais, à l’inverse du portrait, le masque se porte sur le visage, métamorphosant l’individu en un animal ou un être diabolique dont l’intrusion rituelle représente une rupture temporaire de l’ordre social. Le carnaval ou le charivari, mais aussi les gargouilles dont sont hérissés les murs extérieurs des cathédrales, témoignent à leur manière de l’extension considérable du monde médiéval des images. »

La musique des images

Il n’est pas nécessaire que les images représentent des musiciens, des chantres, ou des instruments de musique. Par l’alternance des couleurs vives, par le rythme de leur succession, par les formes contournées des personnages et des motifs végétaux, les images médiévales résonnent par elles-mêmes, par leurs seules caractéristiques formelles, à l’unisson des chants, des sonneries de cloches, et des accords instrumentaux qui animent toute la vie sociale et notamment rituelle de ces époques. Le rapprochement entre image et musique doit se faire au plan formel avant même d’évoquer l’iconographie explicite.

-----

1. Jean-Claude Schmitt. « Les images médiévales ». In Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre. BUCEMA. Hors-série nº 2. 2008.

Qu'est-ce qu'un garde-pile ?

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Le mot garde-pile, ou gardapilla en occitan, désigne un local où l'on conserve le blé non encore vanné ; soit « une petite grange, dans plusieurs de nos départements de l'ancienne Guyenne », dit le Cours complet d'agriculture ou Nouveau dictionnaire d'agriculture publié en 1836. (1)

M. de Maurémont, qui, par attraction de l'occitan, utilise le mot garde-pile au féminin dans son traité d'Architecture rurale, « principalement destiné aux propriétaires du Midi », fournit les précisions suivantes : « La garde-pile est le lieu où l'on renferme le grain battu et mêlé encore avec sa balle, où quelquefois on remise les charrettes et les outils aratoires, et où l'on débarrasse le maïs de ses enveloppes, quand elles sont assez vastes et que l'on n'a point de hangar.

Une pareille garde-pile ne saurait être trop grande, et doit avoir une bonne porte charretière. Mais quand on a un hangar, et que la garde-pile est exclusivement consacrée à serrer le blé, on se contente d'une porte bâtarde de 3 à 4 pieds de largeur, et on la carrèle soigneusement. Dans l'un et l'autre cas, elle doit être crépie intérieurement et couverte d'un bon plancher à 8 ou 10 pieds de son aire, ce qui procure au-dessus un magasin. La garde-pile ne doit avoir d'autre porte que celle qui donne sur l'aire, et qui doit fermer solidement à clef. » (2)

-----

1. Cours complet d'agriculture ou Nouveau dictionnaire d'agriculture publié en 1836. Tome 11, pp. 367-368. Pourrat frères. Paris. 1836.

2. Cité à la même page dans le Cours complet d'agriculture ou Nouveau dictionnaire d'agriculture.

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

Microhistoire et histoire globale

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Extrait de « La microhistoire globale : affaire(s) à suivre » de Romain Bertrand et Guillaume Calafat. 2019.

« Depuis près d'une décennie, l'expression « global microhistory » connaît chez les historiennes et les historiens, en particulier les modernistes anglophones, une fortune certaine. Riche de promesses, elle allie l'intérêt historiographique suscité par la microhistoire dans le courant des années 1980 au paradigme de l'histoire globale qui s'est imposé à compter des années 1990. S'agit-il, par ce mariage annoncé, d'octroyer une seconde jeunesse à la microhistoire en lui faisant accomplir un « tournant global » qu'elle aurait négligé ? Ou bien est-il question de donner un second souffle épistémologique à une histoire globale qui peine à clarifier ses frontières, ses objectifs et ses méthodes ? »

« Si la référence à la microhistoire reste parfois instrumentale, voire cosmétique, centrée sur quelques grands noms plus ou moins judicieusement associés à cette approche, l'expression « microhistoire globale » peut en revanche contribuer de manière positive à une relecture plus attentive des travaux microhistoriques, loin des caricatures paresseuses qui les conçoivent comme de simples monographies ou des études de cas biographiques.

Partant, il est progressivement admis que la microhistoire correspond moins à un ensemble de thématiques qu'à une affinité de méthodes tournées vers l'expérimentation, qu'il s'agisse du détourage de l'objet observé à la loupe, de la remise en question des grands paradigmes explicatifs, d'un dialogue étroit noué avec les sciences sociales, d'inventivité narrative, d'attention à la production des catégories et des contextes sociaux, ou encore de réflexivité quant aux focales de l'analyse.

Le « global » accolé à la microhistoire semble ouvrir une entreprise de clarification, non seulement des fondements intellectuels de l'entreprise micro-historienne, mais aussi de ses multiples réceptions. Le fait mérite d'être apprécié à sa juste valeur en un temps où certains, faisant étalage d'une hostilité de principe à l'encontre de tout ce qui leur paraît n'être que monographies de clocher et spécialisations étroites, ne jurent plus que par le veau d’or des big data.

À s'en tenir à la rhétorique de la taille des objets ou des enjeux, à vouloir à toute force et contre toute évidence réduire la démarche microhistorienne à une science ancillaire des détails ou des recoins, on trahit l'esprit d'un projet historiographique qui s'est pourtant beaucoup expliqué sur ses intentions et qui a largement fait la preuve de ses potentialités macrosociologiques autant que de sa capacité à nourrir le questionnaire anthropologique.

On se prive également de la possibilité de donner à l'histoire globale une armature épistémologique (tournée vers les science sociales) et une cohérence thématique (concernant les décalages sociaux du processus de « globalisation ») — et ce à l'heure où elle s'interroge elle-même, avec retard mais lucidité, sur le type de descriptions parfois iréniques et désincarnées qu'elle a pu engendrer.

Le caractère expérimental de la microhistoire a ceci de précieux qu'il permet justement d'éviter les linéarités et les téléologies, de pointer des détours et des discontinuités, de restituer des tâtonnements et des atermoiements. L'attention aux sources et la lecture lente des documentations permettent de faire droit, dans le récit, aux incertitudes des acteurs aussi bien qu'aux malentendus — souvent opératoires — qui résultent du caractère non pas aléatoire mais itératif de leurs interactions.

On devine tout le profit que peut tirer de cette position de méthode une histoire d'échanges au long cours dans lesquels interviennent quantité d'êtres et d'entités se modifiant à proportion des rapports qu'ils nouent. [...]. Le danger guette toujours d'une division du travail historien entre, d'un côté, les chercheurs spécialisés documentant de manière fouillée (et plus ou moins esseulée) des aspects du passé et, de l'autre, les architectes de grandes synthèses. »

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun
Fil RSS des articles